Projet d’exploitation d’ilménite : « Base Toliara » apporte des précisions

Jacaranda

La compagnie minière « Base Toliara » apporte des précisions sur des informations incorrectes qui ont été communiquées par l’association CRAAD lors d’une conférence de presse la semaine dernière au CLT Tsiadana. En fait, la superficie sur laquelle la compagnie va mener un projet d’exploitation d’ilménite dans la région Atsimo Andrefana, est étalée sur 2 500 ha et non pas sur 407km², a-t-on précisé. En outre, le processus foncier en cours est conforme aux règlements qui établissent un comité de rémunération appelé Comité administratif d’évaluation (CAE) dans lequel siège toutes les parties prenantes affectées par le projet. Son rôle est de confirmer la propriété des terrains et des biens et de superviser le processus de paiement. Il s’agit de l’achat du terrain pour lequel les propriétaires sont pleinement indemnisés. Les communautés locales ne seront pas ainsi dépourvues de leurs terres. Par ailleurs, « Base Toliara » contribue déjà à la replantation de la forêt de « Mikea » en collaboration avec le ministère de l’Environnement, et non pas à sa destruction. Et son projet en touche en aucun cas l’aire protégée PK32. Et parlant de la mise en place prochaine d’une jetée sur la plage d’Andaboly, c’est au contraire conçu pour ne pas perturber l’activité des pêcheurs. La grande majorité de la surface de la plage ne sera pas affectée par le projet, a-t-on souligné.

Recueillis par Navalona R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. Le ministère de l’environnement que pourrons nous dire qu’à part le remercier! Et au gouvernement qui ne cesse d nous satisfaire en résoudrons nos problèmes !! Continuer comme cela et bientôt Madagascar sera un pays Dev

  2. C’est une plaisanterie, Brandon ici a raisons cette exploitation reste floue quel que soit leur argumentaire à ce suje et n’apporte rien de bon ni de concret aux populations locales au contraire cette exploitation va générer bcp de pb environnemental de biodiversité et surtout de la santé publique.
    si l’exploitation de nos ressources était vecteur de progrès social, on l’aurait ressenti et Madagascar serait hisser parmi les pays le mieux lotis économiquement parlant.
    Ce n’est le cas que je sache.

  3. Il faut aussi et surtout que l’on contrôle les autres richesses susceptibles d’être exploitées et exportées par Base Toliara à l’insu de Madagascar : saphir, et toutes autres pierres précieuses.
    Ce qui est malheureux, c’est que les Malgaches employés par ce projet risquent de ne rien dire car ce serait tuer leur gagne-pain.
    Il faut des lanceurs d’alerte.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.