Port de Vohémar : Une tentative de hold-up pour sa gestion

Jacaranda

La naissance d’une nouvelle compagnie maritime battant pavillon national a fait l’objet de débat au niveau des professionnels du secteur maritime. Quoi de plus normal qu’un tel événement fasse la fierté nationale. Cependant, l’on se pose des questions sur les possibilités de cette compagnie qui est une société unipersonnelle d’avoir financé ce premier bteau et qui annonce déjà l’acquisition très prochainement d’autres, sachant que le promoteur n’a pas entrepris une activité d’envergure dans le passé.

Port d’attache. Parallèlement, une grosse société sise à Anosivavaka n’a pas caché ses visées pour la gestion du Port de Vohémar. On a appris de source bien informée qu’un protocole d’accord a été signé entre un ancien ministre en charge des transports et cette société en février 2016 dans le dessein d’écourter la concession en cours qui normalement devrait ne prendre fin qu’en 2021, et cela au profit de la dite société. Il semblerait que cette nouvelle Compagnie voudrait faire de Vohémar son Port d’attache. Les intérêts de cette nouvelle Compagnie et cette société sise à Anosivavaka pourraient être ainsi confondus en toute évidence. En outre, entre les deux tours des élections présidentielles, cette société est revenue à la charge pour essayer de renouveler ce protocole d’accord avec le précédent ministre des Transports et de la Météorologie. Mais la démarche n’a pas pu aboutir car un tel acte est du ressort de l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale qui aurait sans doute refusé de s’y plier car ne reposant sur aucune base légale, d’après toujours une source proche du dossier.

Monopole. On a également appris qu’une société ayant des activités florissantes dans le domaine du commerce et basée à Tsaralalàna, aurait des liens avec cette nouvelle compagnie, la société sise à Anosivavaka et les barons de l’ancien régime. Ce qui pourrait expliquer le financement de cette nouvelle compagnie. Certains usagers du Port de Vohémar ne cachent pas leur crainte d’un éventuel monopole résultant de cette coalition de ces sociétés. Les statuts du Port de Vohémar étant un port local, cette nouvelle Compagnie pourrait faire barrière aux compagnies internationales d’effectuer des touchées directes sur Vohémar comme c’est le cas actuellement, en faisant valoir ses droits au cabotage. Un tel monopole occasionnerait un surcoût de l’ordre de 60 à 100%, au préjudice des consommateurs de la région, a-t-on évoqué. Notons que la majorité des actionnaires du concessionnaire actuel, consciente du développement des activités du Port ces dernières années, a commandité un audit pour améliorer le management et s’équiper en matériels de manière à justifier sa capacité d’être en mesure de mériter un statut de port international.

Navalona R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.