Norme EITI : Le sort de Madagascar connu au mois de mai

Jacaranda

Indra Thevoz, responsable pays, représentant le Secrétariat International EITI est à Madagascar depuis le 26 mars dernier.

Des réunions techniques entre toutes les parties prenantes ont eu lieu au « MBC ».

Un atelier de formation des parties prenantes ainsi que de présentation du rapport annuel d’avancement de l’EITI pour les années 2017 et 2018, s’est tenu jeudi dernier au « Mining Business Center », Mamory Ivato. Le ministère des Mines et des Ressources Stratégiques, le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar(BCMM), la société « Kraomita Malagasy », la Cour des Comptes ainsi que les partenaires techniques et financiers y ont participé. Notons que Madagascar a été suspendu de l’EITI en raison de la non-publication du rapport annuel d’avancement au titre de l’année 2017. Mais le ministre de tutelle a réitéré lors de l’ouverture de cet atelier que l’Etat a tenu à confirmer son engagement dans la mise en œuvre de la norme EITI et le sort de Madagascar sera connu au mois de mai.

Mission. L’objectif de ces réunions techniques étant en fait d’avancer vers l’amélioration de la transparence du secteur extractif. Rappelons que la Grande Ile a décidé d’adhérer à cette norme EITI en 2008. Une norme internationale qui exige la transparence et la gestion responsable des revenus perçus par l’État auprès du secteur extractif, à travers une plateforme de dialogue tripartite composée de l’administration, des industries extractives et des sociétés civiles. Dans la foulée, un représentant du Secrétariat International de l’EITI, en la personne d’Indra Thevoz, responsable pays, est dans nos murs depuis le 26 mars dernier. « Ma mission consiste à assister le comité exécutif ainsi que les parties prenantes à préparer la deuxième validation de Madagascar prévu pour le 29 décembre 2019 », a-t-elle expliqué.

Défi. De son côté, le Ministre de tutelle a souligné que la Politique Générale de l’État a fait de sa priorité la bonne gouvernance et la transparence au sein dudit secteur. Il faut également rappeler que l’EITI recommande à Madagascar quinze mesures correctives. « Ce défi mérite d’être relevé pour que la suspension soit levée et que Madagascar puisse réintégrer la norme. Le 19 avril prochain, le Comité National se réunira de nouveau afin de valider le rapport d’avancement. Ensuite, le Secrétaire Exécutif se chargera de l’envoi du rapport au Conseil d’Administration International. Ce dernier disposera de 10 jours pour examiner avant de prononcer le verdict », a fait savoir le ministre de tutelle.

Navalona R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.