« Base Toliara » : Un grand projet minier pourvoyeur de 3 900 emplois

Jacaranda
(Au centre) « Aucun produit chimique ne sera utilisé durant le processus d’extraction minière », a réitéré Jean Bruno Ramahefarivo, le directeur général de « Base Toliara ». ( Photo : Yvon Ram)

Le projet d’exploitation des sables minéralisés mené par « Base Toliara », la filiale de la compagnie australienne « Base Resources », sera le 3e plus grand projet minier à Madagascar.

Les promoteurs comptent allouer un investissement initial portant une valeur de 560 millions USD. En outre, 66% de cet investissement, soit environ 370 millions USD seront consacrés aux dépenses chez les fournisseurs malgaches pendant la phase de construction de toutes les infrastructures qui sera prévue au début de 2020. « Il s’agit d’un projet catalyseur de développement et se veut être même un projet phare pour l’émergence économique de la Grande île », a expliqué Jean Bruno Ramahefarivo, le directeur général de « Base Toliara », lors de sa rencontre avec la presse hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. A part cela, « ce grand projet minier qui sera mise en œuvre sur le site de Ranobe, soit à peu près 50km au nord de Toliara, est pourvoyeur de 3 900 emplois durant la phase de construction. Parmi lesquels, on va recruter 1.700 emplois directs entre 2020 et 2021 et 800 emplois autres dès le début des opérations d’extraction d’ilménite, de zircon et de rutile, qui auront lieu vers la fin de 2021. En plus, 2.200 emplois indirects et induits seront créés grâce aux opportunités d’affaires offertes via la chaîne d’approvisionnement du projet. On peut citer, entre autres, l’implantation des entreprises prestataires ou fournisseurs à Toliara », a-t-il poursuivi.

1,4 milliard  Ar d’investissements sociaux. Mais en attendant tout cela, « Base Toliara » a pris l’initiative d’anticiper la formation de main d’œuvre qualifiée comme des électriciens, des soudeurs, des conducteurs d’engins de chantier et des maçons. Près de 5.500 jeunes se sont inscrits pour suivre cette formation prodiguée gratuitement par la compagnie minière. A titre d’illustration, « deux jeunes femmes, résidant dans la zone d’implantation du projet, n’ayant même pas un niveau d’instruction et n’ayant jamais conduit un véhicule durant leur vie, sont sorties majors de promotion lors de la formation de techniciens spécialisés en matière de conduite d’engins de chantier. Ces conductrices d’engins sont actuellement en train de réaliser des travaux de nivellement de terrain de foot et des travaux d’aménagement des terrains agricoles dans le cadre de leur stage pratique », a révélé Jean Bruno Ramahefarivo. C’est une grande première à Madagascar. Et à part cette formation anticipée de main d’œuvre qualifiée, « Base Toliara » s’engage également à réaliser des investissements sociaux au profit de la population impactée par le projet. La preuve, près de 1,4 milliard  d’Ariary d’investissements sociaux ont été engagés depuis l’an dernier dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’environnement et agriculture en vue d’appuyer à la sécurité alimentaire.

Aucun produit chimique. Et en revenant sur le processus d’extraction des sables minéralisés dans le site de Ranobe, le directeur général de  « Base Toliara » a réitéré qu’aucun produit chimique ni toxique ne sera utilisé. En effet, « une technologie de pointe sera employée en commençant par l’extraction par remblayage à sec des bulldozers de dernière génération. Ensuite, les sables minéralisés seront poussés dans l’usine de concentration par voie humide. Les produits finaux à base d’ilménite, de rutile et de zircon seront acheminés vers l’usine de séparation des minéraux. Cela se fera par un processus de gravité, électrostatique et magnétique. Après séparation, les minéraux seront stockés et acheminés vers un terminal d’exportation à la plage de la Batterie à Andaboly. De nouvelles routes d’accès bitumées de 45km et un nouveau pont en béton de 630m de long sur la rivière de Fiherenana, seront construites pour ce faire », a-t-il fait savoir. Notons que « Base Toliara » prévoit de produire annuellement 806 000 tonnes d’ilménite, de 54 000 tonnes de zircon et 8.000 tonnes de rutiles à la phase de croisière.

Navalona R.

Blueline Air Fiber

Share This Post

10 Comments - Write a Comment

  1. Rehefa lany ny zavatra ilainy,ary rehefa Simba ny zavaboary,inona sisa tavela ho any taranaka(fahantrana mangirifiry)

  2. Enfin une chance se présente pour commencer à relancer l’économie de Madagascar et le revaloriser… Mais à craindre que ce ne soit pas de la main d’œuvre chinoise qui exploite ce marché comme c’est très souvent le cas dans les pays africains….. 😏😏😏

  3. Non rado,
    réfléchis un peu et
    poses-toi la question de savoir pour comprendre pourquoi Toliara et ses régions Sud et Sud-Ouest ré le dernier et le plus pauvre dans un pays pauvre.
    Si les élus et dirigeants de cette région se montraient un peu plus responsable et faisaient bien leur travail pour bien défendre leur région et la redistribution de richesses nationale a été faite correctement comme il de doit, Toliara ne serait pas le dernier.
    Essaie de comprendre cela sinon vous seriez toujours le dindon de la farce et la risée de tous.

  4. Quelle catastrophe ! Tous ces beaux baobabs et autre végétation qui vont disparaitre pour enrichir cette famille australienne et qqs grands pontes malgaches…. rézgissez avant qu’il ne soit trop tard……

  5. Bah écoutez hzed raz vous avez sûrement raison sur un point en disant ce sont eux les premiers à soutirer des profits générés par cette exploitation et qu’ils seront mal payé en gros mais sachez que Madagascar c’est pas l’Europe et je pense que c’est mieux que rien et que sa va permetter de vivre quelques familles et bien évidemment ces gens ne seront pas payé comme en Europe

  6. Il n’attend plus que ça les peuples de Tuléar, il faut que les jeunes dans ce région participent aux travail et en bénéficie quelques avantages de natures différentes. C’est normale de faire comme celà car cette richesse leur appartient.

  7. un grand projet menant aux profits communs! c’est une bonne stratégie et un bon démarche pour résoudre beaucoup des problèmes ici chez nous à Madagascar; ça pourrait résoudre tant des choses: économiquement; socialement, politiquement aussi et cela peut concerner toutes catégories aussi!

  8. io decision presidentiel io sisa ny mety sy itoizan asa momba io !! eo isaina malalaka ny filoha ijer ny tombotsoa oan vahoaka sy ny firenena mba hiakarana sy hialana am izao fahantrana lalina izao

  9. Bonjour je serai intéressé par un emploi je suis Mécanicien Chaudronnier soudeur avec 15 ans d’expérience merci mon mail laurentdebarle756@gmail.com

  10. Je ne me permets pas de vous qualifier de menteur ni de vendu mais votre article est loin d’être neutre, celui-ci est plutôt partisane et à ce titre il ne convainc personne sauf les naifs.
    Hormis les aléas écologiques et environnementaux engendrés par cette extraction, le soi-disant 3900 emplois annoncés sont non seulement pas très fiable mais de plus ne permettrait aux jeunes et aux populations locales de très sinistrés dans tous les sens du terme de s’épanouir et de vivre mieux. Les locaux auraient tout au plus des emplois subalternes très mal payés et de petites miettes de la récolte. Tandis que les fruits de la récolte reviennent d’office aux initiés comme d’habitude, ce sont eux les premiers à soutirer des profits générés par cette exploitation au détriment des natifs toujours des laissés-pour-compte.
    Bref, Exploiter toutes les ressources des  » faritra  » n’ont jamais fait avancer ces mêmes faritra et à fortiori Toliara et ses régions Sud- Sud-Ouest.
    Et vous ne pouvez pas démontrer le contraire.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.