Madagascar – Banque Mondiale – FMI  : Une confiance renforcée après les Réunions de Printemps

Jacaranda
Chaleureuse poignée de main entre le ministre de l’Economie et  des Finances Richard Randriamandrato et  le Vice-président de la Banque Mondiale pour la région Afrique, Hafez Ghanem qui est d’ailleurs un connaisseur du pays et y  a été déjà représentant résident de la Banque.

Bilan positif pour la mission du ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato qui est rentré hier au pays après avoir participé aux  Réunions de Printemps du FMI et de la Banque Mondiale, à Washington.

Une confiance renforcée.   C’est ce que l’on peut dire des relations actuelles entre la Banque Mondiale  et le FMI d’une part et Madagascar de l’autre. La délégation malgache conduite par le ministre de l’Economie et des Finances  a en effet rencontré plusieurs hautes  personnalités  et  techniciens du FMI et de la Banque Mondiale, au cours de ces « Spring meetings »  axés notamment sur les questions liées au développement et à  la lutte contre la pauvreté. Les rencontres du Ministre malgache  avec le Vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique, Hafez Ghanem et le Directeur Général adjoint du FMI, Mitsuhiro Furusawa, ont confirmé la volonté des deux parties à appuyer le développement de Madagascar. La délégation a aussi rencontré l’administrateur Mohamed Raghani, qui a confirmé le soutien du conseil d’administration du FMI sur les conclusions de la 4e Revue et la préparation de la 5e revue de la Facilité Elargie de Crédit (FEC)  prévue vers la fin du mois de mai.

Esprit d’ouverture

La rencontre avec le directeur du département Afrique, Abebe Selassie, a confirmé la flexibilité du FMI sur la suite à donner de l’accord FEC qui s’achève en juin.  Une occasion pour ce technicien du Fonds de rassurer la délégation qu’il n’y a pas de contrainte majeure en termes d’option de politique économique. Plusieurs réunions ont également eu lieu avec le nouveau chef de mission  Charalambos Tsangarides,  le remplaçant de Marshall Mills. La conclusion positive de la 4e revue a été confirmée au niveau du conseil d’administration, avec à la clé, le déblocage d’un fonds de 44 millions USD.  La délégation malgache a aussi rencontré l’administrateur du groupe Afrique au niveau de la Banque Mondiale, Jean-Claude Tchatchouang. Ce dernier a fait état de l’esprit d’ouverture de la Banque Mondiale sur le futur plan pour l’émergence de Madagascar.  L’équipe pays de la banque mondiale a également partagé plusieurs nouveaux projets qui peuvent bénéficier d’appui en prêts ou en dons dans les secteurs de l’éducation, de l’enseignement de qualité, le renforcement des filets sociaux et du capital humain, la transparence des dépenses du Trésor, la gestion des risques aux catastrophes naturelles. Notons par ailleurs que Richard Randriamandrato était parmi  les 6 ministres africains en exercice spécialement invité à Harvard.

Capital humain

Des rencontres prometteuses en somme pour le Grand Argentier et son équipe qui  ont donc réussi à renforcer la confiance du FMI et de la Banque Mondiale vis-à-vis de Madagascar. En tout cas, on s’attend dans les semaines et les mois qui viennent  à des accords de financements provenant des institutions de Bretton Woods.  Pour la Banque Mondiale notamment, le nouveau plan d’aide aux pays africains sera axé sur le renforcement du capital humain, notamment dans le secteur de l’éducation et de la santé.  L’objectif étant de permettre à la jeunesse africaine de grandir dans des conditions optimales, en bonne santé et en maîtrisant les compétences nécessaires pour s’imposer dans une économie mondiale en pleine transformation numérique. Mais pour Madagascar les efforts seront également entrepris pour le financement des infrastructures nécessaires à la réalisation des  nombreux projets  relatifs à l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar.  Un défi de taille pour le développement.

R.Edmond.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. Incontestablement le FMI savait pertinemment que Mcar est un des pays le plus corrompus au monde. Mais il est convaincu de la lutte anti-corruption menée par le pouvoir actuel qui fait preuve de rigueur à l’éradication de la corruption et tient rigueur aux corrupteurs.

  2. Tout est évolution ! Rien n est figé n ayons pas l esprit braqué vu que depuis le nouveau président tout est devenu prometteur et il le prouve pas à pas !

  3. Le représentant du FMI a oublié que Madagascar est le pays le plus corrompu du monde

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.