Décollage économique : Dilemme des électeurs, évoqué par Zavamanitra Andriamiharivolamena

Jacaranda
Zavamanitra Andriamiharivolamena économiste candidat aux législatives.

Malgré les modèles de développement économique proposés par les plus brillants économistes de l’histoire, les comportements des décideurs restent déterminants quant au succès ou à l’échec du décollage économique du pays, selon l’économiste Zavamanitra Andriamiharivolamena.

A la veille de l’échéance électorale que constituent les législatives – dont les résultats impacteront immanquablement sur l’avenir socioéconomiques du pays – l’économiste Zavamanitra Andriamiharivolamena, a abordé également la question pour savoir quels sont les véritables facteurs susceptibles d’influer positivement sur le développement économique autant national que local.

« Le fait est connu. La plupart des écoles économiques, notamment d’obédience libérale, subordonnent le développement économique comme étant tributaire de la conjugaison d’éléments comme l’accumulation du capital, la disponibilité d’une main- d’œuvre suffisante de qualité et le recours à des technologies performantes de pointe. Autant de facteurs auxquels peuvent évidemment s’ajouter suivant le cas d’autres comme, par exemple, la géographie ou la culture…

Sur la base de cette approche, les brillants économistes de la planète ont développé divers modèles de développement ou de croissance économique censés être réellement performants pour servir de panacée aux problèmes économiques des nations, notamment celles dont le décollage économique semble difficile. Sauf que l’efficacité de ces théories a été souvent prise en défaut et mise à mal par un paramètre subjectif capable de mettre un frein à toute initiative de développement, à savoir le comportement des « décideurs » ou, si l’on veut, des hommes politiques ayant pris entre leurs mains la destinée d’un pays (ou d’une localité). Car c’est de la conduite politique de ces serviteurs des institutions de l’État que va dépendre en grande partie le succès ou le fiasco d’un programme économique à appliquer », explique l’économiste Zavamanitra.

Priorisation.Qu’on le veuille ou non, selon lui, les décisions que les hommes politiques doivent prendre, constituent à chaque fois des équations à résoudre à trois inconnus, dont les intérêts personnels, les intérêts de leurs entourages respectifs et les intérêts de la nation (ou de sa localité d’origine). Des facteurs dont le classement par ordre de priorité va différer d’un politicien à l’autre en fonction des objectifs visés. Et en fonction du moule socioculturel ayant façonné leurs caractères dans le passé, selon les explications de l’économiste. Au regard de toutes ces considérations, force est de croire que le développement d’un pays (ou d’une composante territoriale quelconque) va largement dépendre de la vertu de ses (ou leurs) hommes politiques. Une vertu devant être obligatoirement pétrie et façonnée par l’amalgame à part égale des trois ingrédients que sont le patriotisme, la connaissance et la compétence. « Du bon dosage de ces trois éléments va découler l’attitude du politicien et, de fil en aiguille, la réussite de la marche vers le progrès socioéconomique », a indiqué Zavamanitra Andriamiharivolamena.

Choix.À l’heure où les citoyens du pays se préparent à se rendre aux urnes pour élire leurs représentants à l’Assemblée nationale, la question se pose donc de savoir si les candidats actuels à la députation, sous quelle couleur ils se présentent, disposent réellement de ces qualités indispensables aux vrais décideurs soucieux du vrai développement national. « Si l’électorat a réellement le choix devant la pléthore de prétendants qui, pour la plupart, se présentent sous le profil d’un(e) manipulateur(trice). Des candidats qui, derrière leurs discours fallacieux, n’ont pour préoccupation que de miser sur la crédulité de la masse pour tenter uniquement de se faire (ou se refaire) un nom dans l’arène politique sans aucune considération de l’avenir socioéconomique du pays et de la société », a conclu l’économiste.

Antsa R.

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. souhaitons que les noveaux députés ne se contenteront au role de simples votants mais prendront l’initiative de proposer des lois pour permettre le dévelopement des opérateurs malagasy et aux jeunes ayant de projet-gratuité des soins médicaux et de l’enseignement-cadastre national et gratuit à terminer dans deux ans-en démocratie : aucun malgache ne peut etre poursuivi en raison de ses critiques visant toutes les autorités,élus,politiciens et les opératerateurs-exploitations minières gagnant/gagnant synonime de fifty/fifty et donnant une part à tous les propriétaires du terrain borné ou pas-sur les iles éparses(même si jumelage est mauvais présage,pour ne pas dire qu’amender sa constitution est pur enfantillage)

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.