Construction illicite : Un autre cas saisi par le MAHTP à Alarobia 

Jacaranda
Bâtiment en construction sur le terrain à Alarobia.

Cette fois, c’est un ancien député qui se dit « très proche du régime actuel », qui est impliqué dans une affaire d’utilisation irrégulière de terrain et de construction illicite. « Il n’y a pas deux poids deux mesures. La loi s’applique à tous, sans exception ! » C’est ce qu’ont indiqué les représentants du MAHTP (Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics), lors d’une descente sur terrain à Alarobia. D’après les informations, le terrain en question appartient au Département des Travaux Publics, où était implantée la SLM (Société de Logistique et de Maintenance). « A l’époque, ce lieu abritait un atelier mécanique spécialisé dans les pièces détachées. En 2017, une partie du terrain a été cédée au Groupe Accor, comme la SLM a été privatisée. Sur cette parcelle cédée est construit l’hôtel Novotel.  Pour le reste du terrain, il y avait également un acte de vente qui indiquait que le terrain a été acheté par une société chinoise. Mais cet acte de vente a été annulé au temps de la ministre Razanamahasoa. Légalement, ce terrain qui allait être acquis par les Chinois, appartient donc à l’Etat », a expliqué la Police de l’Aménagement du Territoire.

Forcing. Et pourtant, un ancien député élu dans la ville d’Antananarivo, a lancé une construction de bâtiment sur le terrain. Sans procédures d’acquisition, celui-ci ne dispose pas non plus d’une autorisation de construire. « Lorsque le Ministère de tutelle a demandé des explications, cet ancien député a déclaré que l’infrastructure en construction servira à faire des actions sociales et personne ne devrait gêner la mise en œuvre de son projet », a indiqué la Police de l’Aménagement du Territoire. En d’autres termes, cet ancien député – qui dépense beaucoup d’argent pour marteler via les médias, qu’il est proche du président de la République – est en train de soutenir que le MAHTP doit fermer les yeux, face à cette construction irrégulière. Questionnés sur le sujet, les représentants du Ministère ont souligné que la lutte contre les constructions illicites se poursuit, dans toutes les régions de la Grande-île, et que personne ne peut être au-dessus de la loi.

Antsa R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. mba tsy isiany fitanilana sy ady am kolikoly dia ireo izay tsy manara dalana na iza izy na iza mila saziana mafy !! satria manao ny fanjakana ho tsy misy

  2. zay ihany no tadiaviny atao @ ilay tanin’ny FLM eny Androhibe, hobodoiny dia lazainy fa anaovana sekoly ka tsy misy tokony ho contre-n’izany,a ry manao fitaovana ny olona sahirana izy ahatongavany @ tanjony. et c’est la même personne.

  3. Et voilà encore la mentalité des députés politicards de seconde zone et, en même temps, ” tsy ampy solaitra “.
    Un député n’est pas fait pour faire des actions sociales, et encore moins de s’autoriser à réaliser des constructions illicites.
    Son boulot est de concocter des LOIS permettant d’éviter ce genre d’actions qu’il est en train de faire. Pas plus.
    Qu’on le punisse ce tsy ampy solaitra !

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.