Gouvernance minière : Des échanges entre Madagascar et les Philippines

Dans le cadre de l’initiative Shared Resources Joint Solutions (SRJS), un forum d’échange sur la gouvernance des ressources minières entre Philippines et Madagascar, s’est tenu vendredi à l’Hôtel Carlton. Avant cela, une délégation malagasy s’est rendue aux Philippines. C’est maintenant au tour de la délégation philippine de venir chez nous dans le but de partager les expériences entre les deux parties dans le domaine de la gouvernance minière. Cela porte notamment sur la lutte contre la corruption, la transparence et une décentralisation effective. Toutes les parties prenantes, dont entre autres, les industries extractives, les membres de la société civile, les autorités étatiques ont participé à ce forum. Parmi les recommandations émises, il a été évoqué entre autres, l’application des normes et standards dans le secteur minier en concertation avec la société civile tout en révisant le Code minier pour qu’il y ait plus de retombées économiques pour la population impactée et le pays en général.

Collaboration. En outre, les participants reconnaissent que Madagascar n’est pas encore prêt pour accueillir des exploitations minières de grande envergure en tirant les leçons sur les projets de QMM et Ambatovy. Cela concerne entre autres, les travaux en amont, la gestion durant l’exploitation et l’après exploitation. Il y a lieu ainsi de travailler ensemble pour pouvoir établir une nouvelle vision à long terme et durable concernant les ressources minières pour que le pays en soit le premier bénéficiaire. L’implication de la société civile dans toutes les démarches s’avère indispensable. Tel est le grand message de plaidoyer qu’ils ont lancé au Président de la République. Par ailleurs, l’Evaluation Environnementale Stratégique (EES) devrait être appliquée, en prévention de susceptibles problèmes résultant des exploitations minières. La vision pour le développement et l’exploitation y est intimement, a-t-on évoqué. Pour ce faire, une collaboration entre les différents ministères concernés tels que ceux en charge de l’Environnement, de l’Aménagement de Territoire, des Mines et de Décentralisation, le secteur privé et la société civile, est essentielle.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.