Loi de finances rectificative : Des actions orientées vers l’émergence de Madagascar

Jacaranda
Le ministère de l’Economie et des Finances a pu boucler à temps la loi de finances rectificative.

« Au vu de ces changements et de ces réformes, il semble que les conditions pour mettre Madagasikara sur les roues d’une croissance forte et durable sont remplies. La « grande vitesse » tant espérée par une grande majorité de la population qui aspire à un développement humain et économique palpable pour chaque individu et ménage peut ainsi être enclenchée ». C’est ce qu’on peut notamment lire dans l’exposé des motifs de la loi de finances rectificative pour 2019. Une loi de financement orientée vers l’émergence de Madagascar.

Dynamique de mutation : Une émergence qui relève évidemment le défi de la croissance économique. « Une relance rapide de l’économie sera initiée dès cette année 2019 à travers l’investissement et la consommation. Le taux de croissance de 5.2% escompté démontre déjà que le pays se trouve dans un dynamique de mutation vers une nouvelle ère, et est prêt à faire face aux requis des Objectifs de Développement Durable (ODD), tout en continuant d’appliquer les mesures pour assurer la stabilité macroéconomique et respecter les bons principes en matière de budget à travers la poursuite des réformes au niveau de la gestion des finances publiques. De plus, les PTF soutiendront les efforts du Gouvernement à l’instar des nouveaux projets d’investissement et des appuis budgétaires de la Banque mondiale à l’issue de la visite de son Président. Toutes les actions du Gouvernement convergeront vers la concrétisation de la vision d’Emergence traduite dans la nouvelle Politique Générale de l’Etat ».

Priorités : La sécurité publique, condition sine qua non du développement figure parmi les priorités du gouvernement.  « Le système de sécurité et de défense reste primordial face à la réalité sociale laquelle est marquée par des actes de banditisme, de kidnapping, et par la non-résorption du phénomène « Dahalo ». Le gouvernement entend entreprendre des actions de réforme orientées vers la modernisation des outils et des techniques de défense du territoire, des personnes et de leurs biens ainsi que de celles de la sécurisation des activités économiques. Il en est également de la proximité des entités en charge de la sécurité, ainsi que le professionnalisme des agents. A cet effet, les ministères en charge de la défense et de la sécurité travailleront de concert, sous le pilotage de la Présidence de la République, dans le dessein de disposer des forces de sécurité structurées, coordonnées, réglementées et intégrées. En outre, les effectifs des forces de l’ordre seront optimisés et des nouvelles zones de priorisation seront ciblées à travers la construction de nouveaux camps militaires, conformément à la stratégie de réformes du secteur sécurité. De même, des opérations  coups de poing  seront menées et un dispositif sécuritaire (rondes, patrouilles, renseignements, …) est mis en place. En appui, des matériels techniques de défense (armements), des véhicules roulants (véhicules de combat), navigants (vedettes rapides) et volants (hélicoptères, drones) seront alloués aux forces de l’ordre pour rendre plus efficaces les missions de sécurité, de pacification et de rétablissement de l’ordre sur tout le territoire terrestre, maritime et aérien de Madagasikara ».

Lutte contre la corruption : Toujours dans le cadre de la LFR, le gouvernement entend renforcer la lutte contre la corruption. « Une administration corrompue contribue à la morosité du développement social, et économique. Depuis quelques années, des structures de lutte contre la corruption (BIANCO, CSI, PAC, etc.) ont ainsi été instaurées afin d’éduquer, d’informer et de mobiliser la société à cette lutte contre la corruption, mais aussi de réprimer afin de réduire l’impunité. Les inspections et investigations seront ainsi intensifiées, spécialement sur les cas d’atteinte aux règles éthiques et déontologiques des magistrats et aux codes de conduite des personnels judiciaires et pénitentiaires. L’ouverture d’un nouveau Pôle Anti-corruption conformément à l’application de la Stratégie Nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) est également envisagée pour cette année 2019. Toutes ces actions viseront au regain de confiance de la population envers les services publics comme la justice, les forces de l’ordre et de sécurité et permettront ainsi d’éviter la prolifération du phénomène de vindictes populaires. Le renforcement de la capacité institutionnelle des pôles anti-corruption restera aussi de mise ».

R.Edmond.

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. quand est ce que cette LFR soit appliquée

  2. Un apport rectificatif et une retouche positive sur le contenu de la loi de finance qui c’est avéré être un très bon point pour contribuer au programme du chef de l’état. L’émergence de Madagascar ne tient qu’à une volonté politique et à une ambition d’aller vers l’avant. L’IEM malgré qu’il est le fruit de l’imagination, son contenu est mesurable et applicable.

  3. la rapidité du président Andry fait l’objet d’un appuis de financement pour l’action du développement de plus,cet reforme sur le loi de finance est une moyen pour que le gouvernement puisse enfin joué leur rôle dans chaque domaine dans l’objectif est d’amoindrir le budget gaspille qui ne mène pas dans le sort du pays,donc on peut y croire que le président attendra son objectif

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.