ITM 2019 : De nouveaux produits touristiques concoctés par la CTM 

Le tourisme à Madagascar affiche de bonnes perspectives, selon les participants à l’ITM 2019.

La 8e édition de l’International Tourism Fair Madagascar ((ITM 2019) commence ce jour. Outre Madagascar National Parks, qui met en avant l’écotourisme,  la Confédération du Tourisme de Madagascar (CTM) parle de nouveaux produits.

Grand rendez-vous des différents acteurs du tourisme à partir de ce jour au Centre de Conférence International CCI Ivato. Des exposants nationaux et internationaux mettront en exergue leurs produits, leurs attractions touristiques et leurs services. Parmi ceux-ci figure l’Indonésie, invité d’honneur qui occupera tout le hall du CCI. Devant l’entrée, à la « pointe de l’épée » se tient également l’espace d’exposition de Madagascar National Parks (MNP), qui présente en miniature les richesses et la beauté des parcs touristiques de la Grande-île. En effet, de nombreux acteurs sont présents à l’événement, même les banques, les spécialistes du tourisme d’affaire, les concessionnaires automobiles, etc. Des présences qui marquent que, le secteur est bien large et influe sur l’économie nationale. Pour sa part, la Confédération du Tourisme de Madagascar (CTM) avance qu’elle s’attèle à étudier et à mettre en place de nouveaux produits touristiques tels que le développement du Kitesurf à Madagascar. « Les différents spots, le long des littoraux malgaches, permettent de naviguer sur tout type de spot en kitesurf et en windsurf. C’est un produit d’avenir sur lequel la CTM mise », ont noté les représentants de la confédération.

Promotion. Créée en 2017, la CTM se veut être une voix crédible et influente pour la prospérité du tourisme à Madagascar, selon ses initiateurs. En effet, elle vise à représenter et défendre les intérêts des opérateurs touristiques lors des dialogues avec le secteur public et les Partenaires Techniques et Financiers. « Les acteurs du tourisme à Madagascar se sont réunis sous la bannière de l’unité. La CTM est une force de propositions et de solutions pour contribuer au développement durable du tourisme à Madagascar. Elle articule sa stratégie autour de cinq axes prioritaires, notamment, le développement de la formation des métiers du tourisme ; la promotion d’un cadre légal et règlementaire effectif et adapté ; l’optimisation de la promotion de la destination ; une meilleure compétitivité de l’offre de transport aérien ; et enfin la mise en adéquation de l’offre d’hébergement touristique.

Réalisations. Depuis sa mise en place, la CTM a œuvré sur de nombreux volets comme dans le transport aérien, le transport maritime, la formation professionnelle et aussi dans le cadre réglementaire et fiscal. En ce qui concerne le dialogue public-privé, la CTM soutient que son activité permet aux opérateurs touristiques de parler d’une seule voix avec le secteur public et les Partenaires Techniques et Financiers. Outre les dialogues déjà entrepris avec les membres du gouvernement, la CTM ambitionne de lancer un dialogue public-privé sectoriel avec son ministère de tutelle afin de faire avancer plus rapidement les dossiers touristiques. Dans cette démarche, des discussions sont en cours avec l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) et le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA).

Compétitivité. Pour la CTM, la fréquence des vols et le coût des billets d’avion sont au cœur de la compétitivité du secteur touristique malgache. La confédération travaille donc de concert avec les experts de la Banque Mondiale, du projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC) et des compagnies aériennes, afin d’établir une stratégie de développement de nouvelles routes aériennes. Elle collabore également étroitement avec Tsaradia et Air Madagascar afin d’assurer l’édition des programmes de vol en temps et en heure. « Nous étudions avec les autorités concernées la faisabilité de la mise en place d’avions- taxis afin de desservir les zones touristiques prisées mais reculées. Dans le secteur du transport maritime, des discussions ont également été menées, en vue de mettre en place un ferry reliant Toamasina et Sainte Marie, pour faciliter l’accessibilité à l’île », ont noté les représentants de la CTM. Par ailleurs, dans l’optique d’améliorer les services touristiques, la confédération intervient pour le compte des opérateurs touristiques, auprès du Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP). En effet, l’organisation a été consultée pour la mise en place de 3 CAP sur le tourisme et l’hôtellerie au sein de l’Institut National de Tourisme et d’Hôtellerie (INTH). Toujours pour améliorer la compétitivité, la CTM milite pour la mise à jour urgente du Code du Tourisme. En outre, des lobbyings sont menés pour réduire le taux d’imposition sur les investissements des entreprises touristiques, une mesure cruciale, en particulier dans le cadre de la remise aux normes des services et des équipements de ces entreprises.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.