Carburant : Hausse des prix à la pompe prévue en septembre 

Jacaranda
La vérité des prix sera appliquée à partir de septembre 2019.

La vérité des prix sera appliquée à compter du mois de septembre. Bien que les coûts de référence soient réduits, suite aux négociations entre l’Etat et les pétroliers, un petit écart persiste aujourd’hui entre les prix véritables et les prix affichés à la pompe.

L’Etat n’a plus l’intention de subventionner les carburants. La vérité des prix s’appliquera, selon la déclaration faite, cette semaine, par le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Vonjy Andriamanga. En effet, le cocktail de mesures pris par l’Etat a permis de réduire les coûts de référence calculés de 475 ariary par litre de carburant, suite aux négociations menées par les dirigeants du pays avec ceux des compagnies pétrolières. Cette baisse a déjà permis, non seulement de réduire l’écart entre les prix véritables et les prix appliqués à la pompe, mais également d’appliquer, au mois de juin, une baisse de prix de 100 ar par litre pour l’essence, 150 ar pour le gasoil et 500 ar pour le pétrole lampant. D’après les informations, l’Etat va arrêter de subventionner les carburants pour pouvoir investir dans les infrastructures qui permettront d’améliorer la qualité de services, de faciliter la distribution des produits pétroliers et d’accroître les fonds destinés aux infrastructures routières.

Hausse en vue. D’après nos sources, l’écart actuel entre les prix véritables et les prix appliqués à la pompe dépasse encore les 120 ariary par litre. En d’autres termes, si l’Etat compte réellement appliquer la vérité des prix, cet écart s’ajoutera aux prix affichés, à partir du mois de septembre prochain, soit une hausse minimum de 100 ariary par litre. Si le ministre n’a pas donné d’informations précises sur les impacts éventuels de cette application de la vérité des prix, les consommateurs s’attendent déjà à cette hausse. « Désormais, l’évolution des prix des carburants suivra principalement la tendance du cours mondial de pétrole et du taux de change, même d’autres variables devront aussi être pris en compte », a affirmé le ministre, lors de sa rencontre avec les médias, mercredi dernier. Selon les techniciens qui suivent de près le secteur des produits pétroliers à Madagascar, le taux de change est l’indicateur qui influe le plus sur les prix à la pompe des carburants, si la vérité des prix est appliquée. D’après leurs explications, une augmentation de 100 points du rapport ariary/USD engendre une hausse des coûts de 90 ariary par litre. Le cours du baril est également un indicateur déterminant, car une augmentation d’un dollar US du cours de baril de pétrole entraîne une hausse de 24 ariary par litre de carburant commercialisé à Madagascar. Pour l’opinion, les consommateurs ne peuvent qu’espérer la tendance à la baisse du cours de pétrole, car sur le marché de devises, l’ariary a toujours perdu de sa valeur au fur et à mesure que le temps passe.

Antsa R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.