BFM : Stabilité de l’ariary, selon le Gouverneur

Madagascar a accueilli la 49e réunion du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales de la SADC (Communauté de Développement de l’Afrique Australe), pendant trois jours à l’hôtel Carlton. Plus de 75 délégués représentant les 15 banques centrales des pays membres de ce bloc régional y ont été présents. Ce comité est chargé de promouvoir le développement des institutions et des marchés financiers par la mise en œuvre en commun de politiques en matière de finances, d’investissement et de change.

Baisse de la croissance. L’objectif vise à suivre le processus d’intégration monétaire et financière des Etats de la SADC. A cette occasion, le Gouverneur de la Banque Centrale de Madagascar (BFM), Razafindraibe Alain, a évoqué la situation macro-économique de la Grande Ile. « Il y a une stabilité de l’ ariary même si notre objectif de réduire le taux d’inflation à moins de 5%, n’est pas encore atteint. Ce taux se situe actuellement entre 7 et 8%. Entre temps, la Banque centrale veillera à atténuer la volatilité de cette monnaie locale tout en maintenant à un niveau compatible aux conditions macro-économiques du pays par rapport à l’évolution de l’économie mondiale. En effet, on enregistre actuellement une baisse de la croissance économique au niveau mondial. Les économies des pays qui sont ouvertes vont ainsi en souffrir en raison de leur interdépendance. Même les chocs climatiques ont des impacts sur l’économie nationale», a-t-il évoqué.

Objectifs communs. Au niveau de la SADC, la croissance du PIB (Produit Intérieur Brut) continue de progresser mais avec un taux de performance très modeste, n’atteignant que 2,4% cette année contre 2% en 2018. « Le taux de chômage y est encore assez élevé. Beaucoup d’économies ont également un endettement croissant et une inflation élevée, sans compter les menaces externes. La mission de la Banque Centrale de contribuer à l’amélioration de la gestion macro-économique d’un pays devient ainsi difficile. C’est pourquoi, le Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la SADC ont partagé des bonnes pratiques internationales dans le domaine monétaire et de change tout en convergeant vers des objectifs macroéconomiques communs », a conclu le Gouverneur.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. A Madagascar, on appelle « stabilité monétaire » ou « stabilité du taux de change », le niveau où se trouve « au repos » l’Ariary par rapport aux devises-clés avant chaque glissement vers l’enfer.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.