FOFIFA : Plus de 200 employés en grève illimitée

Les employés du FOFIFA sont en grève depuis hier dans l’enceinte du centre à Andraisoro.

Plus de 200 employés contractuels du Centre National de la Recherche Appliquée au Développement Rural ou FOFIFA, éparpillés dans tout Madagascar, entament une grève générale illimitée.

Ce sont notamment des techniciens en laboratoire ainsi que des agents travaillant dans certains services administratifs comme la logistique. Le non paiement de leurs salaires pendant sept mois, a été à l’origine de cette manifestation. « Nous avons perçu nos salaires du mois de mars en juin dernier. Nous n’envisageons pas d’arrêter cette grève générale  tant que tous ces arriérés ne soient pas réglés en totalité », d’après les explications des grévistes. Entre temps, ils déplorent qu’il est anormal qu’au sein d’un même lieu de travail, certains employés dont les chercheurs, sont payés régulièrement tandis que d’autres subissent un tel cas.

Aucune solution. Il faut savoir que cette principale institution de recherche agricole à Madagascar fonctionne avec un budget autonome. « Nous avons eu presque tous les ans un retard de paiement de salaires de deux à trois mois. Mais cette fois-ci, la situation n’est plus tolérable. Les retombées négatives sur nos familles se font sentir. A titre d’illustration, nous n’avons pas pu payer nos loyers et les factures de la JIRAMA. Des enfants n’ont pas pu passer aux examens officiels ou examens de passage. Bon nombre d’entre nous sont surendettés. C’est également la période de la rentrée scolaire. Mais vu notre situation, nous ne nous permettons même pas d’acheter des fournitures scolaires », selon toujours leurs dires. Notons que la plupart de ces employés contractuels de FOFIFA ont plus de dix ans d’ancienneté de travail. « Certains d’entre nous sont partis à la retraite sans pouvoir toucher leurs pensions. Nous avons déjà entrepris un dialogue avec la direction générale mais, aucune solution n’a été trouvée. C’est pourquoi, nous menons cette grève générale afin d’interpeller les dirigeants de ce pays », ont-ils conclu.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.