Routes de Tanà : Grandes défaillances au niveau de l’assainissement

Les infrastructures sont insuffisantes et les canaux d’évacuation d’eau existants sont bouchés par les ordures !

Ce sont les principales causes de l’inondation des routes de la Capitale, évoqués par les techniciens du  MAHTP (Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics). En effet, la montée des eaux est inquiétante, dès la tombée de la première forte pluie de la saison. « L’Etat mène déjà de nombreux projets pour la réhabilitation des routes dans la ville d’Antananarivo. Il y a également des projets d’extension de routes. Ces projets prévoient l’amélioration des infrastructures d’évacuation d’eau et même la construction de nouveaux canaux. Cela est nécessaire, afin d’améliorer la durée de vie des nouvelles infrastructures routières », ont indiqué les responsables auprès du Ministère. Ces derniers ont souligné que le comportement de chaque citoyen est déterminant sur le bon fonctionnement de ces infrastructures d’évacuation d’eau, notamment en évitant de jeter les ordures hors des bacs dédiés. D’après les explications, si les eaux montent sur les routes, c’est parce que les canaux d’évacuation sont bouchés. A noter que plusieurs campagnes de sensibilisation ont déjà été menées pour le respect des infrastructures d’assainissement, mais des efforts restent à faire.

Circuit. Selon les techniciens, les eaux usées et les eaux de pluie partent depuis chaque ménage des différents Fokontany, vers les canaux d’évacuation bordant les routes et les trottoirs. Elles sont par la suite déversées vers les canaux principaux, qui mènent vers les stations de pompage de l’APIPA (Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo). C’est par la suite que cette dernière qui déverse  l’eau vers le canal d’Andriantany ou vers les autres bassins tampon. Cependant, avec la défaillance au niveau de l’assainissement, ces eaux sont bloquées au niveau des Fokontany et au niveau des canaux qui mènent vers les stations de Pompage de l’Apipa, et ne sont donc pas versées à temps vers le canal Andriantany. Pour le MAHTP, ce problème d’évacuation est fortement nuisible aux infrastructures routières, qui ont pourtant fait l’objet d’importants investissements pour les travaux de réhabilitation et d’extension. « Nous avons besoin de changements et de changer nos comportements, si l’on veut avoir de bonnes infrastructures. Ce sont des biens communs qui méritent le respect de tous », ont soutenu les techniciens du MAHTP.

 Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. BRANDON
    Vraiment le rongony te monte à la tête , tu as pris la peine de relire tes conneries débiles ? Tu vas voir que votre sous fifre le larbin de Osy mainty le conseiller très spécial , un SG actuel de la CUA finira par ne plus avoir ses « nangy » et ses « molotra » parce la population d’Antananarivo va vous foutre dehors avec les détritus des canaux et les ordures de Lalao !

  2. Hihihihi ! Kkkkkkkkkk !
    Voilà le résultat des remblayages !
    Qui a donné le permis de remblayer aux purs Malgaches qui s’appellent Rajabhoussen, Chan Lone Tune, Fatsourassoul , … etc … , au détriment de la vie des étrangers apatrides qui répondent aux noms de Rakoto, Rabe, Razafy et autres Rasoa ?

Poster un commentaire