3e Forum National Urbain : Expositions, débats et concertations de 3 jours au Village Voara

Jacaranda
Les projets actuellement en cours de mise en œuvre sont exposés au Forum National Urbain, au Village Voara Andohatapenaka.

Le secteur urbain s’impose davantage au niveau de l’économie malgache et génère aujourd’hui 70% du PIB (Produit intérieur brut). Confirmant cette importance, près de 700 acteurs participent au Forum national, qui se tient depuis hier à Andohatapenaka.

Représentants du Gouvernement, du secteur privé, de la société civile, des partenaires techniques et financiers… se regroupent depuis hier au Village Voara Andohatapenaka pour participer à la troisième édition du Forum National Urbain qui se tient jusqu’au 9 octobre. Des expositions sur les projets de développement urbain sont au programme de l’événement. Parmi les projets mis en avant figurent, entre autres, le projet Tanà Masoandro pour Antananarivo, le projet de production de 50.000 logements pour les autres chefs-lieux de provinces ; ainsi que les projets d’infrastructures structurantes telles que les routes, etc. « Pour l’Etat, le développement durable des villes est une priorité. Cela est visible à travers le programme IEM (Initiative pour l’Emergence de Madagascar), la PGE (Politique Générale de l’Etat) et le PEM (Plan pour l’Emergence de Madagascar). L’adoption de la loi 2015-052 du 3 février 2016 relative à l’urbanisme et à l’habitat, ainsi que de la Politique Nationale de Développement Urbain (PNDU) au mois de septembre dernier confirment cette notoriété. Ces documents cadres nous permettront de concrétiser, cadrer et faire face aux grands défis urbains à Madagascar, qui nous préoccupent jusqu’au plus haut sommet de l’Etat », a affirmé le ministre Hajo Andrianainarivelo, chargé de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics.

Transformations. Pour les participants au Forum, la forte croissance démographique et l’exode rural, qui s’intensifient de plus en plus, obligent le pays à se pencher sérieusement sur les questions liées au développement des villes. Pour sa part, le ministre Hajo Andrianainarivelo a soutenu l’importance du projet Tanà Masoandro, pour le développement d’Antananarivo. « Nous avons besoin d’une nouvelle ville. Chaque ville a sa spécificité. Pour Antananarivo, nous sommes sur une plaine. Il a fallu remblayer des rizières pour faire de nouvelles routes permettant de désengorger la circulation routière. De même pour la préparation des infrastructures pour l’accueil du Pape à Soamandrakizay Androhibe. Tout le monde s’accorde à dire que ces remblayages étaient nécessaires. Mais lorsqu’on parle de la nouvelle ville Tanà Masoandro, certains disent que c’est une mauvaise idée. Pourtant, ces personnes n’ont rien fait pour le développement d’Antananarivo, alors qu’ils en avaient l’occasion, pendant ces 4 ou 5 dernières années… En effet, personne n’a eu l’idée de transformer les villes de Madagascar. C’est le président Andry Rajoelina qui a cette vision. Il faut laisser ceux qui travaillent, réaliser cette vision… », a avancé le ministre. Des propos soutenu par les participants qui ont confirmé la nécessité de ces transformations. A noter que plusieurs thématiques sont au programme du Forum national urbain. Hier, les thèmes des conférences-débats portaient sur les technologies de pointe, les outils innovants pour transformer les déchets en richesses. Ce jour, les participants aborderont la réforme institutionnelle, juridique et la gouvernance urbaine. Des ateliers thématiques sont également au programme, notamment sur les « Nouvelles villes », les « Mécanismes financiers », le « Logement », le « Foncier urbain » et « l’Assainissement urbain intégré ». En outre, une Table ronde des Maires et une Table ronde du secteur privé sont prévues. Demain, d’autres ateliers thématiques se tiendront au Forum, sur la « Résilience urbaine », la « Résorption des bidonvilles », ainsi que sur la « Relance économique urbaine et mobilité ». En parallèle se tiendra une Table-ronde des bailleurs.

Antsa R.

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. OK pour l’extension des villes. Mais remettre en cause les aménagements centenaires et emblématiques de la plaine de Bestimitatatra est une solution de facilité. Le PRM leui même dit que c’est plus facile à aménager. En contre exemple, voyez comment les ménages ont aménagé les collines à Mahalavolona. Ce n’est pas si mal. C’est une question de valeur culturelle et non de frein au développement.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.