Fondation Tany Meva : 104 projets financés à travers le CEPF

Jacaranda
Cette rencontre entre les bénéficiaires du fonds CEPF se tient tous les deux ans.

Le CEPF est une initiative conjointe de plusieurs partenaires financiers tels que l’Agence Française de Développement, Conservation International, l’Union Européenne, le Fonds Mondial pour l’Environnement, le gouvernement japonais, la Banque Mondiale et la Fondation Leona M. and Harry B. Helmsley Charitable Trust.

Son objectif est de renforcer la participation de la société civile aux actions de conservation de la biodiversité dans les Hotspots dont celui de Madagascar et les autres îles de l’Océan Indien comme Maurice, Comores, Seychelles et Rodrigues. Cette entité a mandaté la Fondation Tany Meva pour gérer ses fonds tout en facilitant la mise en œuvre des projets de conservations dans 79 zones clés de la biodiversité mais très menacées. Depuis 2015, celle-ci a financé jusqu’ici 104 projets à travers le CEPF au niveau de ces îles de l’Océan Indien. Ce sont notamment des projets soumis par les communautés de base, les ONG, les associations, les universités et les centres de recherche ainsi que le secteur privé afin de contribuer à la conservation de la biodiversité de ces 79 écosystèmes critiques ou influencer les décisions y afférentes.

Echanger des expériences. Une 2e rencontre des bénéficiaires du fonds CEPF, se tient depuis hier jusqu’au 10 octobre à Nosy-Be, en tant que première destination touristique à Madagascar et un archipel considéré comme un sanctuaire de la nature et le berceau d’espèces endémiques du pays. « Le but est de partager les bonnes pratiques et échanger des expériences entre ces bénéficiaires. On sollicite également leur dynamisme et leur engagement à apporter des réponses réalistes face aux défis liés à la gestion des ressources naturelles ainsi qu’à la conservation de la biodiversité dans les écosystèmes critiques de Madagascar et les autres îles de l’Océan Indien », a expliqué le Pr Joelisoa Ratsirarson, le PCA de la Fondation Tany Meva, lors de l’ouverture de cet atelier hier à l’hôtel Orangea. Ce sera également une session de concertation entre les participants, afin de formuler des recommandations visant à améliorer les interventions de cette organisation de société civile qui sont basées sur trois directions stratégiques, et à orienter les futurs investissements du CEPF à l’échelle régionale. Ces trois directions stratégiques sont la conservation de la biodiversité, le renforcement de capacité de la société civile et l’amélioration du bien-être et des conditions de vie des communautés de base.

Fonds additionnel. Par ailleurs, « les bénéficiaires du fonds CEPF sont sollicités à mettre en place une plateforme crédible et fonctionnelle qui sera une source d’informations de référence et d’échange d’expériences pour toutes les parties prenantes à l’issue de cet atelier », a-t-il enchaîné. En revenant sur les projets financés par la Fondation Tany Meva via le CEPF, « 55 sur les 104 projets sont en cours de mise en œuvre avec des petites subventions à moins de 20 000 USD chacun. Et compte tenu des indicateurs de résultats et des impacts de la mise en œuvre des projets soutenus, le Secrétariat du CEPF basé à Washington a accordé un fonds additionnel de l’ordre de 3 millions usd de la part de l’AFD, afin d’étendre le programme jusqu’en 2022 au lieu de 2020 », a annoncé Fanohiza Claude, le directeur exécutif de la Fondation Tany Meva. De son côté, le directeur général de l’Environnement et Forêt, le Dr Herizo Rakotovololonalimanana a soulevé qu’il faut concilier le social, l’économie et la durabilité de la biodiversité pour le bien-être de la population.

Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.