Vol d’électricité de la Jirama : 207 cas de fraudes et 110 cas de vols constatés cette année 

Jacaranda
La Jirama a découvert hier, un cas de vol à Mandroseza.

Les causes de l’énorme perte de la Jirama sont multiples. Parmi les plus importants figurent les branchements illicites constituant un vol d’électricité. Alors que la JIRAMA poursuit son opération de ratissage dans la capitale, un cas de branchement direct au poteau, d’un « Vulca service » à Mandroseza, a été découvert, hier par les Auditeurs de la société productrice d’eau et d’électricité. Selon les explications, le local est en situation CNP (Coupure pour Non-paiement des factures) depuis 2017. « Son propriétaire reconnaît avoir commis l’infraction, mais ce serait, seulement, depuis deux semaines. Pourtant, son service n’a jamais cessé de fonctionner depuis 2017 jusqu’à aujourd’hui. C’est grâce à l’audit effectué par la JIRAMA auprès de ses clients en situation CNP que cette infraction à Mandroseza a été démasquée. Après le constat d’un Huissier de justice, la JIRAMA a, tout de suite, déposé le compteur électrique arrêté en 2017 et a coupé le courant volé dans le local en question. Le propriétaire est appelé à s’engager au paiement du rappel de consommation, sinon l’affaire sera traduite en justice », ont affirmé les représentants de la Jirama. Pour cette année 2019, cette société enregistre 426 nouveaux dossiers de ratissage. 334 ont été traités entre janvier et septembre dont 207 cas de fraudes, 110 cas de vols et 17 autres cas. Le montant des factures qui doit revenir à la JIRAMA s’élève à 532 900 003Ariary, durant la même période.

Antsa R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.