Environnement : Douze régions touchées par le phénomène de désertification

Le phénomène de désertification entraîne une migration de la population d’une région à une autre. (Photo d’archives)

Cela occupe plus de 30% du territoire national, soit une superficie totale de plus de 178 800km². 

Selon les études menées par les experts, douze régions sont touchées par le phénomène de désertification. Cela occupe plus de 30% du territoire national, soit une superficie totale de plus de 178 800km² sans compter la déforestation qui a atteint entre 100 000ha et 150 000ha entre 2005 et 2016, ainsi que les feux de brousses. Le directeur général de l’Environnement et des Forêts, le Dr Herizo Rakotovololonalimanana, l’a exposé dernièrement lors de la 2e rencontre des bénéficiaires du Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF) à travers la Fondation Tany Meva à Nosy-Be. « Madagascar va bientôt atteindre la situation du point de non retour, d’après toujours les estimations de ces experts, si tous les acteurs concernés ne sont pas conscients de prendre chancun une responsabilité. En effet, à ce moment là, nous ne pourrons plus supporter les effets du changement climatique. Et ce seront les générations futures qui seront victimes », a-t-il évoqué.

Reboisements à grande échelle. Les douze régions touchées par ce phénomène de désertification sont notamment Atsimo-Andrefana, Menabe, Melaky, Androy, Ihorombe, Anosy, SOFIA, Alaotra Mangoro, Haute Matsiatra, Boeny, Betsiboka et Analanjirofo. Pour Atsimo-Andrefana, la superficie de la zone concernée est plus de 66 000km², soit près de 99,5% de la surface de la région, tandis que pour Menabe et Melaky, ces superficies touchées, sont respectivement à plus de 32 000km² et à plus de 12 000km², soit environ 67% et 44% des surfaces de ces régions. Quant à Androy et Ihorombe, ce sont respectivement 93,57% et environ 60% des surfaces des régions qui sont touchées par ce phénomène de désertification. Face à cet état de fait, « le ministère de tutelle envisage de réaliser des reboisements à grande échelle en produisant 80 millions de jeunes plants avec l’implication de toutes les parties prenantes. En l’espace de six mois, près de 40 000ha ont été reboisés. En outre, nous prévoyons d’aménager 67ha de terrains pour la mise en place des pépinières », a fait savoir le directeur général de l’Environnement et des Forêts.

Axes stratégiques. Par ailleurs, la restauration de l’équilibre biologique, la reforestation, la restauration des ressources naturelles telles que les forêts, les terres et les sources d’eau ainsi que l’exploitation et la valorisation d’une manière durable de ces ressources, constituent des axes stratégiques inscrits dans l’émergence environnementale du ministère de tutelle. La lutte contre les feux de brousse, les défrichements et la destruction des Aires Protégées, ainsi que le respect des engagements de tous, ne sont pas en reste. En fait, « la conservation de la biodiversité et la lutte contre ces feux de brousses et le phénomène de désertification, nécessitent l’implication des autres départements ministériels concernés. En outre, il faut concilier le social, l’économie et la durabilité des ressources pour le bien-être de la population, et pour asseoir un développement durable », a-t-il réitéré.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.