Madagascar – Banque mondiale: Des points positifs pour la performance financière 2019

Jacaranda
Le ministre de l’Economie et des Finances, lors d’une intervention dans le cadre de la réunion annuelle de la Banque mondiale et du FMI.

La Banque mondiale et le FMI qui viennent de tenir leur réunion annuelle à Washington sont rassurés quant à la solidité du Plan pour transformer radicalement l’économie de Madagascar et conduire le pays vers l’émergence.

 C’est du moins ce qui s’est dégagé de la réunion qui a eu lieu avant-hier entre une délégation malgache conduite par le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato, d’une part et de M. Tchatchouang, Administrateur du groupe Afrique auprès de la Banque mondiale d’autre part.

Points positifs

Une réunion axée principalement sur la performance financière 2019 de Madagascar et qui a, en tout cas, permis de dégager des points positifs quant aux efforts de redressement menés dans le pays. On sait, en effet, que le taux de décaissement global des fonds alloués à Madagascar au titre de l’IDA pour l’année fiscale 2019 se situe actuellement à 22% (contre une moyenne de 20%), sur une enveloppe totale prévue d’environ 400 millions de dollars. Toutefois, le ministère de l’Economie et des Finances s’est engagé à prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour améliorer cette performance de décaissement à travers le renforcement de la coordination entre ministères et les secteurs, afin de relever ce taux d’ici à juin 2020. En ce qui concerne le score CPIA (Country Policy and Institution Assessment), Madagascar a obtenu un score de 3,3 pour l’année 2019. L’objectif est d’atteindre un score de 3,7 en renforçant davantage les réformes en matière de gestion macroéconomique et financière pour pouvoir augmenter, l’enveloppe à obtenir pour le cycle IDA 19 de la Banque mondiale.

Augmentation de capital

La réunion était également une occasion de conclure qu’il est important pour Madagascar de procéder à l’augmentation du capital BIRD (Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement). Tout en étant éligible au financement IDA, Madagascar bénéficiera indirectement de cette augmentation de capital à travers plus de projets susceptibles de bénéficier plus de financement, notamment via les projets du secteur privé. Par ailleurs, le Grand Argentier malgache a eu l’honneur de présider la réunion du réseau des ministres des  Finances des pays à faible revenu francophones, dont le principal thème débattu concerne la problématique de l’endettement et le financement du développement. Cette réunion a connu également la participation de hauts représentants de diverses institutions internationales, notamment le FMI, la Banque mondiale, le CNUCED, le Club de Paris. Nous en reparlerons.

R.Edmond.

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Conduire le pays vers d’émergence? Ça arrange les banques que le pays soit pauvre, que la majorité reste pauvre. C’est bon pour les investisseurs étrangers. Continuez comme ça.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.