Entrepreneuriat : Un réseautage entre opérateurs malgaches et sud-africains

La rencontre entre les entrepreneurs malgaches et sud-africains est fructueuse. (Photo : Yvon Ram).

 L’ambassade de l’Afrique du Sud à Madagascar, a organisé pour la première fois une réunion entre les jeunes malgaches et sud-africains dans le domaine de l’entrepreneuriat dans le pays.

Il y avait eu une dizaine d’entrepreneurs sud africains et près de cinquante entrepreneurs malgaches qui ont participé à cette rencontre qui s’est tenue la semaine dernière. « L’objectif consiste à partager des expériences entre eux tout en créant un réseautage qui pourrait être bénéfique pour le développement de chaque pays », a expliqué l’Ambassadeur de l’Afrique du Sud à Madagascar, SEMme Maud Vuyelwa Dlomo, lors d’une soirée organisée en l’honneur de ces jeunes entrepreneurs à sa résidence à Ivandry. « Avant, nos ascendants ont lutté pour avoir la liberté. Maintenant, les jeunes vont lutter pour qu’il y ait un réel développement », a-t-elle exprimé.

Opportunités d’affaires. Dans le cadre de cette rencontre, ces jeunes entrepreneurs malgaches et sud Africains ont pu échanger des bonnes pratiques en matière de développement de leurs activités et de gestion d’entreprise. « C’était également une occasion de partager des informations sur les opportunités d’affaire que l’on peut identifier dans différents secteurs au niveau de ces deux pays. A titre d’illustration, les entrepreneurs sud-africains ont pu apprendre davantage sur la culture malgache et les produits qui les intéressent dans le pays. Un partenariat ou une forme de joint-venture doit être développé entre les deux parties dans le cadre de ce réseautage », a souhaité l’Ambassadeur sud africain. Tahiana Randriarimanana, le CEO de la société FY’DELIKO, qui a obtenu le prix Awards Innovation en Afrique récemment, a témoigné qu’il a pu s’enquérir des expériences dans le cadre de ce réseautage, afin de développer ses activités de transformation agro-alimentaire. « Le développement d’un partenariat avec une entreprise sud-africaine, et la recherche de débouché en commençant par les sirops de fruits et les fromages, constituent mes priorités », confie-t-il.

Marché de proximité. Par ailleurs, elle a soulevé que de nombreux produits venant de Madagascar comme la vanille, le litchi et les crevettes, sont exportés dans d’autres pays avant d’être réexportés en Afrique du Sud. « Celui-ci est pourtant un marché de proximité pour les opérateurs de la Grande île étant donné que  la durée du vol reliant les deux pays n’est que trois heures, et c’est un trajet de deux semaines au plus en bateau. En plus, les deux pays sont membres de la SADC (Communauté de développement d`Afrique australe). D’où, une franchise de taxes sur tous les produits entrants », d’après toujours ses explications. Notons que ces entrepreneurs sud-africains ont eu l’occasion de visiter une entreprise de fabrication des produits artisanaux à base de raphia et une société « Go Green » se spécialisant dans le recyclage de produits, lors de leur passage à Madagascar.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.