Conjoncture : Un espoir de relance malgré les difficultés

Jacaranda
Les projets d’infrastructures routières figurent parmi les facteurs de la croissance économique

Le régime traverse une impasse, face notamment aux crises de l’électricité, de l’eau et des carburants. Le limogeage du ministre de l’Energie est la preuve de ce malaise qui commence à fragiliser le gouvernement actuel. Mais il ne faut pour autant pas dramatiser car l’espoir d’une relance économique est toujours permis.

Tout simplement parce que malgré les difficultés rencontrées, les conditions politiques et économiques demeurent favorables. Les bailleurs de fonds qui continuent de soutenir Madagascar reconnaissent « La transition politique pacifique et le plan du gouvernement visant à intensifier les investissements publics qui ont entrainé une reprise de la confiance des entreprises », indique la Banque Mondiale dans sa dernière note de conjoncture.

Investissement public

Parmi les points positifs relevés figurent les projets d’investissements en infrastructures  annoncés par le gouvernement , et le regain de confiance des investisseurs.  « Des plans d’investissement public ambitieux soutiennent les perspectives à court terme positives. La croissance devrait atteindre 5,3% en 2020, compte tenu de l’intensification attendue de l’investissement public, notamment dans les infrastructures routières, de santé et d’éducation, et d’un rebond de l’investissement privé après les élections à mesure que la confiance revient. L’augmentation des dépenses d’investissement publiques et privées devrait compenser le ralentissement de la croissance des exportations, l’activité économique en Chine, en Europe et aux États-Unis demeurant atone ». Une bonne perspective, en somme pour les années à venir.  « En 2021, la croissance devrait encore augmenter légèrement pour atteindre 5,4%  . Le secteur des services devrait rester le principal moteur de la croissance, malgré la rapide expansion du secteur manufacturier. La croissance du secteur manufacturier devrait atteindre en moyenne 6,9% en 2020-2021, sous-tendue par des investissements robustes et des prévisions d’amélioration de la production d’électricité. L’activité dans le secteur tertiaire devrait croître à un rythme un peu moins rapide, mais sa contribution à la croissance globale du PIB devrait être plus importante, compte tenu de sa taille. L’activité du secteur des services bénéficiera également du plan d’investissement du gouvernement en matière d’infrastructures, notamment les services structurants tels que les transports et la finance »

Fragile

Bref, l’on assiste à un  début de croissance qui demeure cependant fragile pour un certain nombre de raisons. « À moyen terme, le potentiel de croissance de Madagascar continue d’être freiné par l’insuffisance d’infrastructures, le faible niveau de capital humain, le manque de concurrence dans des secteurs clés et la mauvaise gouvernance. Bien qu’il soit attendu que ces contraintes continuent de modérer la croissance de la productivité, et de limiter l’activité dans le scénario de base, une accélération des réformes par le nouveau gouvernement pourrait mener à de meilleurs résultats, représentant ainsi un risque à la hausse sur les perspectives ».  Par ailleurs, le secteur des services devrait rester le principal moteur de la croissance, malgré la rapide expansion du secteur manufacturier. « La croissance du secteur manufacturier devrait atteindre en moyenne 6,9% en 2020-2021, sous-tendue par des investissements robustes et des prévisions d’amélioration de la production d’électricité. L’activité dans le secteur tertiaire devrait croître à un rythme un peu moins rapide, mais sa contribution à la croissance globale du PIB devrait être plus importante compte tenu de sa taille (Figure 19). L’activité du secteur des services bénéficiera également du plan d’investissement du gouvernement en matière d’infrastructures, notamment les services structurants tels que les transports et la finance ».

R.Edmond

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Les  » mpandrava  » de véritables ennemis du développement se reconnaîtront facilement parce que ce sont eux qui pilonnent les projets comme la RN 44 et Tanamasoandro . L’ardeur de leurs haines viscérales et leurs jalousies morbides marqueront le pas avec le changement prévisible au niveau de la mairie d’Antananarivo parce que le principal instigateur conseiller spécial actuel de la CUA de ces menées subversives connaîtra à coup sûr la fin de sa carrière politique . Les indices macro-économiques sont au beau fixe . La confiance des investisseurs se redresse . Le PIB bat des ailes . Les grands projets d’infrastructures seront au rendez-vous . Le peuple commence à reprendre espoir . Un 2ième mandat dans ce contexte n’est pas une vue de l’esprit . Veloma Dada a !

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.