ZLECAf : Un impératif pour le développement par le commerce

Vonai Muyambo, External Relations Officer, Information and External Relations, auprès de l’OMC.

Accélérer le commerce intra-aricain et renforcer la position commerciale de l’Afrique sur le marché mondial. Tel est l’objectif de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf), qui vise à accélérer de manière significative la croissance du commerce entre les pays d’Afrique et à utiliser plus efficacement cette approche, en tant que moteur de croissance et du développement durable. Cela peut être réussi en doublant le commerce intra-africain, renforçant ainsi la voix commune de l’Afrique et sa marge de manœuvre dans les négociations commerciales mondiales, selon les promoteurs de la ZLECAf. D’après les explications , les principaux objectifs de la ZLECAf sont de créer un marché unique pour les biens et services, avec libre circulation des personnes et des capitaux, ouvrant ainsi la voie à  la mise en place d’une Union douanière en Afrique. « La ZLECAf permettra également d’augmenter le commerce inta-africain grâce à une meilleure harmonisation et une meilleure coordination des politiques mis en place au sein des communiautés économiques régionales africaines », a noté Nadira Bayat, consultant de la Commission Economique pour l’Afrique, auprès des Nations  unies.

Croissance. Selon ses promoteurs auprès de l’OMC, la ZLECAf devrait également permettre de renforcer la compétitivité des entreprises des pays concernés, en leur permettant de produire à grande échelle, en leur facilitant l’accès au marché continental et en organisant de manière générale une meilleure réaffectation des ressources. Pour sa part, Vonai Muyambo, expert auprès de l’OMC a soutenu la nécessité pour les pays d’intégrer ce genre d’organisation. « Les autres pays vont bénéficier de la zone de libre échange et de ses avantages. Le commerce international évolue avec ou sans un membre isolé. Ce qu’il faut faire c’est de se préparer pour bénéficier au plus de ces structures internationales. C’est pour cela qu’on a mis en place le système MFN (Most Favoured Nations), a-t-elle indiqué. Bref, il s’agit d’un défi pour tous les pays, sans exception, souhaitant améliorer sa croissance via le commerce.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.