Classement Doing Business : Des efforts à faire pour un meilleur climat des affaires à Madagascar

Jacaranda
La pagaille énergétique est l’une des failles du climat des affaires à Madagascar

Madagascar doit suivre l’exemple de nombreux pays qui ont pris beaucoup d’initiative pour attirer  les investissements directs étrangers

« Peut mieux faire ». C’est ce que l’on peut dire de la notation de Madagascar dans le classement Doing Business 2020 publié par la Banque Mondiale en octobre dernier.

Moyenne africaine

Malgré une légère régression  par rapport à l’édition 2019, il n’y a aucune raison de rougir de ce classement dans   la mesure où le pays qui occupe la 36e  sur le continent africain est dans la moyenne. Madagascar devance en effet, une bonne vingtaine de pays africains.  L’Afrique qui en général, est encore à la recherche du meilleur climat des affaires. En effet pour le moment, il n’y a encore que deux pays africains dans le top 10 des pays les plus réformateurs en matière de climat des affaires. Il s’agit en l’occurrence du Togo et du Nigeria.  Une performance mitigée qui  représente un recul par rapport à l’édition précédente où cinq pays africains figuraient dans le top 10 des pays ayant mis en œuvre le plus de réformes.

Moins performantes

En tout cas,  l’Afrique subsaharienne reste l’une des régions les moins performantes en termes de facilité à faire des affaires, avec un score moyen de 51,8 ; bien en deçà de la performance des pays de l’OCDE (78,4) et de la moyenne mondiale de 63. De plus, par rapport à l’année précédente, les économies d’Afrique subsaharienne n’ont augmenté leur score moyen que d’un point de pourcentage dans le rapport Doing Business 2020, tandis que les économies du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ont augmenté leur score moyen de 1,9 point de pourcentage. Mais il y a bien évidemment beaucoup de points positifs car le rapport sur le Doing Business fait état de la mise en œuvre de  modifications réglementaires réduisant le montant du capital minimum pour lancer une entreprise. A cela s’ajoute l’amélioration du temps et du coût de raccordement à l’électricité, ou encore l’amélioration de l’accès à l’information sur le crédit.

Insuffisance énergétique

Pour en revenir au cas de Madagascar, la faille se retrouve notamment au niveau de  l’insuffisance énergétique. Mais des efforts ont été quand même menés pour améliorer le climat des affaires en général. On note particulièrement un meilleur partage des informations par les tribunaux de commerce. Par ailleurs  « les autres actions entreprises par le gouvernement sous la direction de l’Economic Development Board of Madagascar(EDBM) depuis janvier 2019, n’avaient pas encore été mises en œuvre à la date limite du 1er mai 2019 pour l’évaluation de Doing Business » Les partenaires techniques et financiers, avec en tête la Banque Mondiale encourage le gouvernement à redoubler d’efforts en prenant exemple à d’autres pays qui  grâce à une mise en œuvre soutenue de réformes, ont pu améliorer leur classement et bénéficier en conséquence d’une augmentation des investissements privés.

R.Edmond

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.