REGION ATSIMO ANDREFANA : Une trilogie pour le développement

Jacaranda

Tous les trois : le gouverneur Tovondrainy Edally, laSecrétaire générale Nomenjanahary Sareine, le préfet Solondraza Lydore. Deux hommes, une femme. Un seul programme : le développement de la Région Atsimo Andrefana (RAA).

Avant sa nomination même au poste de gouverneur, Tovondrainy Edally avait, déjà, en poche son programme pour le développement de la RAA. En fait, le président Rajoelina avait été séduit par cette synthèse du plan national, régional et le Schéma Régional de l’Aménagement du Territoire (SRAT), une cohésion implacable. Un succès assuré. Il ne reste plus que les ressources humaines pour l’exécution. Dès son arrivée au palais de la Région, le nouveau gouverneur a remarqué le savoir-faire de son prédécesseur chef de Région, l’administrateur Solondraza. Ce dernier avait été, tour à tour Directeur général de l’Aménagement du Territoire (DGAT), Secrétaire général, Directeur général. Qui pouvait connaître la Région AA, mieux que Solondraza ? Le plus cool des administrateurs. Donc un joker à garder tout près. Il sera nommé préfet, peu après. Enfin il ne manquait plus qu’un maillon, quelqu’un de confiance. Le gouverneur Edally l’a trouvé en la personne de Nomenjanahary André Tafita Sareine, désignée Secrétaire générale (SG) de la RAA, le 14 novembre.

Priorités. Enfant du Sud de Tuléar, de la campagne de Benenitra, la Secrétaire générale Nomenjanahary ne demande qu’à servir sa région natale. Après avoir été chef de District dans le Nord de Madagascar, puis directeur de la Promotion de la Femme au ministère de la Population, Nomenjanahary arrive à point nommé pour l’exécution des priorités du gouverneur, à savoir l’instauration de la sécurité par la réhabilitation du Dinabe, la maîtrise de l’eau, les routes. De la mise à jour du Dinabe, la Secrétaire générale a suivi et écouté le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM), ainsi que les différentes observations et doléances obtenues depuis le temps de son initiateur, le colonel Rabe Jules. Pendant que le gouverneur Tovondrainy suivait « une formation en développement de haut niveau » en Chine, c’est la Secrétaire générale qui le représentait. Ainsi fut-elle de la délégation, en compagnie du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche pour l’inauguration de l’extension du périmètre du Bas Mangoky de 5.000 à 10.000 ha.

Bénéfices. Pour améliorer l’agriculture de la RAA, l’équipe du gouverneur a compris qu’il fallait maîtriser les cinq cours d’eau traversant la Région au lieu de les laisser se perdre dans la mer. Ainsi pourra-t-on faire des barrages, non seulement pour l’irrigation, mais aussi produire de l’électricité en faisant tourner des turbines par l’eau. L’objectif est de sortir de  l’économie de subsistance et arrêter l’assistanat, mais donner les moyens pour une économie monétaire, produire suffisamment pour faire des profits. Une formation-adéquation accompagnera les paysans pour obtenir de meilleurs résultats. Quand l’agriculture sera lancée, la pêche et l’élevage suivront. Bientôt une nouvelle reformulation de la loi régissant les mines (qui abondent dans la RAA) sera adoptée. En 2020, l’espoir est, enfin, permis pour le 60e anniversaire de l’indépendance. Si le développement n’est pas au rendez-vous, les gouverneurs seront jugés en conséquence.

Charles RAZA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.