Inondations : 18 millions USD de la Banque mondiale et de l’AFD pour la réparation des dégâts

Les bailleurs de fonds commencent à se mobiliser pour venir en aide au pays, après les dégâts provoqués par les récentes inondations.

Suite à la déclaration de sinistre nationale faite par les autorités le 24 janvier dernier, des fonds sont déjà mobilisés.

Capacité de préparation. La réparation des dégâts va se faire rapidement. Le 31 janvier dernier, les autorités malgaches ont mobilisé quinze millions de dollars de l’Association internationale de développement, une branche du Groupe de la Banque mondiale dédiée aux pays les plus pauvres; et trois millions d’euros de la part de l’Agence française de développement (AFD). Ce, dans le cadre du financement de la gestion des risques et des catastrophes – ou Cat DDO – afin de faire face à l’impact des récentes pluies torrentielles et des inondations. On rappelle que sept districts du nord-ouest du pays ont été touchés par des inondations causées par des pluies torrentielles depuis le 20 janvier, faisant à ce jour 35 morts et plus de 126 000 personnes sinistrées, selon le dernier rapport du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Tout au long de l’année 2019, les autorités malgaches, la Banque mondiale et l’AFD ont collaboré pour améliorer la capacité de préparation et de réponse à ce type de catastrophes. Cette collaboration a abouti en décembre dernier à la signature de financements en appui aux politiques de gestion des risques et des catastrophes, assortis d’une option de tirage différé en cas de catastrophe d’un montant total de 61,7 millions de dollars.

Les plus vulnérables. Cet appui est destiné à appuyer un pays fortement exposé et parmi les plus vulnérables aux conséquences du changement climatique. Ce financement contingent permet au pays d’accéder aux fonds immédiatement après une catastrophe naturelle de grande ampleur. Il est généralement utilisé pour financer les pertes récurrentes, et devrait s’inscrire dans une stratégie élargie de gestion préventive des risques. À Madagascar, le financement, mobilisé conjointement avec l’appui d’autres partenaires au développement, va permettre d’appuyer les efforts du gouvernement pour venir en aide aux populations sinistrées, et gérer l’urgence et la reconstruction.

Recueillis par R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.