Développement rural : « Il faut subventionner l’électricité », dixit Erick Rajaonary, le PDG du groupe Guanomad 

Erick Rajaonary a témoigné de la réussite de l’implantation de son entreprise en milieu rural.

Un team building a été organisé dernièrement par l’équipe du projet PERER (Promotion de l’Électrification Rurale par les Énergies Renouvelables) en collaboration avec le ministère en charge de l’Energie à Mantasoa.

Ce projet est financé par le gouvernement fédéral allemand par le biais de l’agence de coopération internationale allemande pour le développement GIZ. A cette occasion, le PDG du groupe Guanomad, Erick Rajaonary, est intervenu pour partager ses expériences sur la réussite de son entreprise à s’implanter en milieu rural, et ce, à travers son approche paysanne. Et en se référant au secteur énergie, « il faut subventionner l’électricité si l’on veut réellement asseoir un développement rural. En effet, le coût de l’énergie reste encore très élevé à Madagascar », assure-t-il.

Obstacle. Notons que le taux d’accès à l’électricité en milieu rural est encore moins de 5% à Madagascar. Les paysans se contentent du pétrole lampant, des bougies, des batteries, des générateurs diesel et du bois de feu pour satisfaire leurs besoins en énergie domestique. « Cette faible électrification constitue un obstacle au développement de l’entrepreneuriat rural ou à l’implantation des usines de transformation agricoles en milieu rural», a-t-il enchaîné. Parlant de l’expérience de Guanomad, « nous avons mis en place des parcelles de démonstration auprès des exploitants agricoles familiaux ciblés pour pouvoir mesurer les bienfaits de l’utilisation de nos produits notamment les engrais biologiques. En outre, ceux-ci ont bénéficié d’un encadrement technique. Un réseau de proximité est en même temps mis en place pour faciliter la distribution des produits. Des appuis communautaires ont été ensuite entrepris dans le cadre de la mise en œuvre de nos activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise), et ce, au profit de ces bénéficiaires. Il s’agit entre autres, de la dotation en intrants et matériels agricoles, de l’adduction en eau potable, de la promotion de l’éducation et de la santé pour tous. On a ainsi réussi à développer l’utilisation de nos produits », a témoigné Erick Rajaonary.

Mesures d’accompagnement. En revanche, il a soulevé que de nombreux défis restent à relever. On peut citer, entre autres, la méconnaissance des bienfaits de l’agriculture biologique, la faiblesse du pouvoir d’achat des paysans et le faible usage d’engrais, soit à 3 kg/ha contre 150 kg/ha pour l’Afrique du Sud. Le problème de comportement de la population rurale à adopter un changement n’est pas en reste. « Il faut ainsi du temps pour bien expliquer à la population rurale l’importance et les avantages de l’électrification dans ses localités. Par contre, cela nécessite également des mesures d’accompagnement tels que le développement des infrastructures routières et la lutte contre l’insécurité, pour assurer un développement rural », a conclu le PDG de Guanomad.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.