Station de pompage d’Ampotaka : Gestion durable impérative pour les 145 Km d’infrastructures

La ministre Voahary Rakotovelomanantsoa en visite dans le sud.

Le problème d’accès à l’eau potable est résolu dans le district de Beloha et Tsihombe, dans le sud de Madagascar. En effet, la moitié de la capacité de production de la station de pompage d’Ampotaka, qui assure l’approvisionnement de la zone avec 145 Km de pipeline, est suffisante pour la consommation de la population dans ces localités. La ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène, Voahary Rakotovelomanantsoa, a affirmé que des actions de sensibilisation seront menées par l’équipe de son ministère avec les autorités locales pour inciter la population à augmenter sa consommation en eau potable, qui était auparavant une ressource très rare. Vendredi dernier, la ministre a effectué une descente dans le sud pour visiter la station de pompage d’Ampotaka, ainsi que le long des infrastructures et du pipeline de 145 Km qui alimente en eau une partie du des districts de Beloha et de Tsihombe. D’après les explications, les travaux de construction de ces infrastructures font suite à la demande du gouvernement malagasy pour améliorer le système existant. Il s’agit d’un projet financé par l’Unicef, l’Ambassade du Japon, l’UK Aid et l’USAID. « Huit mois après l’opérationnalisation de ces infrastructures, il est indispensable de mettre en place un système de gestion efficace et inclusif pour les pérenniser », a noté le ministère. Par ailleurs, la prochaine phase du projet, nécessitant encore des appuis, est l’extension du réseau de pipeline existant afin de renforcer la production et augmenter le taux d’approvisionnement en eau dans cette zone. « Le pipeline et les infrastructures, de par leur rôle dans la distribution de l’eau, une ressource rare ici, sont ainsi fondamentaux pour nous. Je sollicite, par conséquence, vos efforts dans leur protection et leur entretien en respectant le système de gestion mise en place, afin de les rendre pérennes pour notre génération future », a conclu la ministre Voahary Rakotovelomanantsoa.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.