MNP : 9 160 Ha de forêts sauvés l’an dernier

Le Parc National d’Ankarafantsika fait partie des sites les plus sensibles aux feux.

Madagascar National Parks a pu sauver 9.160 ha de forêts au sein de son réseau d’Aires Protégées (AP) en 2019 par rapport à 2018. 

En effet, selon les données de MODIS ou Moderate-Resolution Imaging Spectroradiometer (Burned Area), la superficie de forêts brûlées au sein dudit réseau en 2019 était de 11.895 ha contre 21.055 ha en 2018. Bien que presque la moitié des 43 AP gérées par Madagascar National Parks, sont sensibles aux feux de forêts, ces sites sont les plus dévastés par ce phénomène pour les cinq dernières années. On peut citer, entre autre, le Parc National d’Ankarafantsika, les Parcs Nationaux de Kirindy Mite, de Bemaraha, de Befotaka Midongy ainsi que la Réserve Spéciale d’Ambatovaky et la Réserve Naturelle Intégrale de Tsaratanàna. Ayant retenu l’attention dans l’actualité environnementale de 2019, la situation des feux de forêts au sein du Parc National Ankarafantsika a toutefois enregistré une baisse de 31% en comparaison de l’année précédente.

Principales causes. Nombreuses sont les principales causes des feux dans les Aires Protégées. Le feu sauvage figure au premier rang. L’effacement de trace ou la diversion effectué par les Dahalo est aussi la plus dominante si l’on cite le cas du Parc National de Bemaraha, de la Réserve Spéciale de Kalambatritra et de la Réserve Spéciale de Marotandrano. En dehors des bandits de grand chemin, les braconniers notamment les trafiquants de tortue Angonoka dans le Parc National Baie de Baly, les planteurs de cannabis dans la Réserve Naturelle Intégrale de

Tsaratanàna, ou encore les exploitants illicites des mines du Parc National Ankarana, utilisent également cette stratégie néfaste. Les feux de pâturage et les feux de nettoiement de champs de culture incontrôlés, les défrichements suivis d’incinération ainsi que les fours à charbon illicites ou incontrôlés, constituent d’autres raisons de la recrudescence des feux de brousse. Les sites possédant un écosystème très sensible au feu à l’instar des Parcs Nationaux Mikea, Bemaraha et Ankarafantsika sont entre autres, ceux qui subissent des lourdes pertes causées par ces actions néfastes de l’homme.

Infrastructure de lutte. Face à cet état de fait, Madagascar National Parks s’applique dans sa mission principale de conserver de manière durable les Parcs et Réserves de Madagascar et ne cesse de rechercher et d’améliorer d’année en année la préservation de ses Aires Protégées des feux. Ainsi, MNP développe et entretient des aménagements destinés à prévenir les incendies de forêt et à favoriser la lutte active. Les infrastructures de lutte contre les feux ont pour rôle de faciliter les interventions et de limiter les dégâts en cas de feu déclaré. Il s’agit entre autres, de la mise en place des tours de guets, des pares-feu et des impluviums. En plus de tous ces dispositifs, MNP a amélioré sa gestion de feu en utilisant la puissance de la nouvelle technologie à travers l’utilisation d’un système d’alerte par le biais du système GLAD Alert et  FireAlert. On peut ainsi visualiser directement dans les smartphones de chaque acteur dans la lutte contre les feux. Un référentiel de matériel et d’équipement de lutte contre les feux est aussi élaboré. Les sites sensibles aux feux disposent tous dorénavant de véhicules tout terrain facilitant les interventions et les transports d’eau.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.