Tortues : L’AVG dénonce la recrudescence de trafic

Le commerce illicite des espèces faunistiques protégées prend de l’ampleur.  Tout récemment, l’Alliance Voahary Gasy (AVG) dénonce la recrudescence de trafic de tortues. Un individu a été pris en flagrant délit en possession de deux grandes tortues de type radiata, par les éléments de la force de l’ordre. Ces tortues d’une espèce protégée ont été mises en enchères directement à travers une annonce parue dans un journal local, et ce, moyennant un prix total de 55.000.000 Ariary.  Après recoupement, il s’est avéré que le prévenu travaille au sein du Ministère de la Justice, d’après le communiqué de l’AVG. Ce présumé trafiquant est maintenant mis sous mandat de dépôt.

Application des lois. Cette plateforme de la société civile oeuvrant pour l’environnement, s’engage à suivre de près cette affaire, dans le cadre de la mise en œuvre de sa  stratégie de lutte contre toute possibilité de trafic d’influence ou de corruption. Pour ce faire, une cellule juridique a été mise en place. Devant la recrudescence des trafics d’animaux dans le pays, l’Alliance Voahary Gasy ne cesse de réclamer surtout aux ministères concernés, l’application effective des lois en vigueur, pour qu’il y ait une sanction exemplaire à l’encontre des trafiquants. Elle s’engage en même temps à effectuer des visites régulières des personnes inculpées dès leur transfert en prison pour assurer la consommation effective des peines.  Rappelons que l’AVG condamne toujours toute forme de commerce illégal des produits de la faune et de la flore sauvages. La détention, le transport et la vente de produits d’une espèce intégralement protégée, dont entre autres les tortues,  inscrite dans l’annexe I de la CITES  (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), sont également passibles d’emprisonnement.

Ligne verte 512. Par ailleurs, elle exhorte tout citoyen de signaler toute vente, toute transaction douteuse, transport de  produits d’espèces protégées ,et  tout acte  d’exploitation illicite des ressources naturelles auprès des autorités compétentes ou via sa ligne verte  512. C’est une ligne gratuite mise en place pour tout citoyen désireux de contribuer à la lutte contre l’exploitation illicite des ressources naturelles de Madagascar. Accessible sur Orange et Airtel, cette ligne permet à chacun de témoigner, d’informer, de dénoncer tout délit d’exploitation illicite des ressources naturelles.  Notons que les appels sont confidentiels et gratuits.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Eh alors les bois précieux?

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.