SAF/FJKM : Un pionnier en matière de développement

Lors des journées porte-ouverte organisées par le SAF/FJKM à Antaninarenina.

Le SAF/FJKM est un département pour le Développement créé en 1974 au sein de l’Eglise de Jésus-Christ à Madagascar.

Trois grandes conférences ont été organisées dans le cadre des journées porte-ouverte organisées par cette ONG malgache œuvrant dans les domaines humanitaires et du développement socio-économique à Madagascar, en vue de faire connaître ses activités au niveau du grand public. La première conférence relate l’histoire du SAF/FJKM depuis sa création jusqu’à nos jours. La 2e conférence porte sur sa position et les impacts de ses actions sur la vie de la nation, et enfin la dernière conférence a été axée sur la mission intégrale de l’église. A cette occasion, le directeur du SAF/FJKM, Rahajary Tsialoninarivo, a évoqué que ce département en charge du développement au sein de l’église FJKM est toujours un pionnier en matière de développement, comme son nom l’indique à Madagascar, et ce dans différents domaines d’activités.

Approche communautaire. A titre d’illustration, « nous avons lancé des pharmacies communautaires villageois, notamment dans des zones très reculées de la Grande île. Et c’est maintenant très vulgarisé avec la mise en place de Phagecom et le déploiement d’animateurs communautaires en matière de santé au niveau des collectivités territoriales décentralisées, entre autres. On recense actuellement près de 32 dispensaires installés par le SAF/FJKM. Nous avons en même temps développé l’approche communautaire en structurant des organisations paysannes au nombre de 2012. L’objectif consiste à les appuyer tout en identifiant leurs besoins, afin d’asseoir un réel développement local. Maintenant, des projets de développement sont mis en œuvre dans nos zones d’intervention », a-t-il fait savoir. Il faut noter savoir que le SAF/FJKM est appelé à apporter le témoignage de l’église FJKM dans le domaine de développement économique et social à Madagascar. Cette ONG confessionnelle intervient notamment dans la sécurité alimentaire, l’environnement, la gestion des risques et des catastrophes, la santé ainsi que l’eau-assainissement et hygiène.

Conservation des Aires Protégées. En matière d’adduction d’eau potable et d’assainissement, 888 points d’eau et 212 blocs sanitaires ont été construits au profit de plus de 522 000 ménages. En termes de conservation des aires protégées, « nous avons promu des activités de développement au profit des communautés résidant aux alentours de ces parcs nationaux, afin que celles-ci ne s’en prennent plus aux ressources naturelles pour survivre. C’est le cas, entre autres, de l’aire protégée de Betampona. Cette stratégie est maintenant reprise par Madagascar National Parks pour assurer une meilleure conservation de notre biodiversité », a-t-il enchaîné. Par ailleurs, le SAF/FJKM est le pionnier en matière de développement des activités génératrices de revenus en milieu rural. On peut citer, entre autres, la mise en place de décortiqueries, de petites unités de fabrication de matériels et équipements agricoles, d’unités de provenderies ainsi que d’unités de production d’huile de jatropha et la création de greniers communautaires villageois.

Volontaire FJKM. Maintenant, « on s’engage également à mobiliser la société civile pour contribuer au développement socio-économique du pays. Nous veillons au respect de la bonne gouvernance dans le secteur extractif, par exemple », d’après toujours les explications de Rahajary Tsialoninarivo. Mais ce n’est pas tout ! Le SAF/FJKM est également le pionnier en matière de gestion des risques et des catastrophes naturelles. En effet, « à part le reboisement sur 1 500 ha, nous avons mobilisé plus de 15 000 volontaires FJKM qui sont bien formés, depuis 2014. Le but est de montrer que l’église intervient dans la vie de la société. Ces volontaires FJKM vont ainsi aider les ménages sinistrés  au niveau des 14 synodes de l’église éparpillés dans neuf régions de l’île qui sont vulnérables aux impacts du changement climatique. Nous envisageons de former 20 000 volontaires FJKM cette année. Force est également de remarquer que le SAF/FJKM intervient actuellement sur tout le territoire national », a conclu le directeur de cette ONG confessionnelle.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.