Secteur du tourisme : Les entreprises, les salariés et les prestataires individuels dans le rouge

Les membres de la CTM sont très inquiets, quant à l’avenir du secteur du tourisme à Madagascar.

La CTM tire la sonnette d’alarme. Les salariés du secteur Tourisme ne seront plus payés à compter du mois de juin, car les entreprises n’arrivent plus à couvrir leurs charges. De leur côté, les prestataires n’ont aucun revenu depuis trois mois.

L’heure est grave pour les différents acteurs du secteur  tourisme à Madagascar ! Les membres de la CTM (Confédération du Tourisme de Madagascar) se sont montrés très inquiets, en exposant leur situation aux médias, lors d’une conférence de presse organisée mercredi dernier à l’INTH Ampefiloha. « Cela fait trois mois qu’il n’y a pas de touristes à Madagascar. Les opérateurs n’ont aucun revenu. Cela concerne les agences de voyage, les guides, les tours operators, les compagnies aériennes, les hôteliers et restaurateurs, etc…, qui sont représentés dans cette confédération. Et pourtant, les charges cumulent pour ces opérateurs. Les plus lourdes sont les charges fiscales pour l’Etat et les factures d’eau et d’électricité. Il faut que l’Etat intervienne pour sauver le secteur du tourisme, car il est désormais question urgente de survie », a déclaré Patrice Raoul, président du Conseil d’Administration de la CTM.

Avenir incertain. Bien que les entreprises du secteur Tourisme ne soient pas les seules menacées de disparition par la crise actuelle, la CTM affirme que le tourisme est la première victime. Selon le directeur exécutif de la CTM, Sandra Affick, les prestataires individuels et les salariés sont également très touchés par la crise. En effet, plusieurs firmes appliquent déjà le chômage technique, suite à la baisse de revenu. Lors de la conférence organisée par la CTM, les guides et les représentants des salariés ont également exprimé leurs inquiétudes. « La trésorerie des guides est à sec. Nous sommes des prestataires individuels sans revenu depuis plus de deux mois. Les impacts de cette situation restent incertains. Des propositions de solution ont été adressées à l’Etat. Ces propositions ont-elles été reçues par les décideurs et quelle est la réponse ? Les dirigeants doivent répondre à la question pour que nous puissions prendre les mesures adéquates à notre niveau », a laissé entendre Manitra Maherison  Randriambololona, président de l’Association Nationale des Guides.

Impacts énormes. A noter que le secteur du tourisme offre plus de 40.000 emplois directs et plus de 300.000 emplois indirects, qui sont aujourd’hui en péril, soit plus 1,5 millions de Malagasy concernés. D’après la CTM, les pertes des entreprises du tourisme s’élèvent à un total de 1.900 milliards Ariary et pour les entreprises qui opèrent indirectement dans le secteur du tourisme, ce chiffre s’élève à 800 milliards d’Ariary. La CTM évoque un manque à gagner d’au moins de 620 millions USD, sur l’année 2020. Bref, vu la gravité de la situation, la CTM demande à connaître les réponses de l’Etat par rapport à ses demandes. D’après ses membres, cette confédération veut converger avec l’Etat sur des solutions pérennes.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.