FMI – Afrique : 13 milliards de dollars de financements supplémentaires face au Coronavirus

D’après un article paru dans l’Agence Ecofin, le Fonds Monétaire International est  l’un des plus gros contributeurs en Afrique pour la lutte contre la pandémie du Coronavirus. Avec les 165,99 millions de dollars accordés dans le cadre de la Facilité de Crédit Rapide (FCR), Madagascar figure parmi les bénéficiaires (Source Agence Ecofin).

Pour aider plusieurs pays dans le monde à faire face aux conséquences du coronavirus, le Fonds monétaire international (FMI) a apporté en urgence une assistance financière de 21 milliards de dollars à un total de 56 pays dans le monde, dont 13,4 milliards de dollars pour 30 pays basés en Afrique, selon des données collectées par l’Agence Ecofin. L’appui de près de 3 milliards de dollars accordé au Maroc ne compte pas ici, car il résulte d’une facilité débloquée par le royaume chérifien depuis plusieurs années.

Prêts. Si on reconnaît que les approbations de ces différentes interventions ont été obtenues dans un temps relativement court (moins de trois mois), il est à noter que cet élan de solidarité est en réalité constitué de prêts plus ou moins souples. Il y a d’une part, la facilité de crédit rapide (FCR) qui a été la plus largement accordée avec un total de 22 pays bénéficiaires pour un montant global de seulement 4,76 milliards de dollars. Bien qu’ayant bénéficié à un nombre plus réduit de pays (9 d’entre eux seulement), l’instrument de financement rapide est celui qui a généré la plus grosse intervention (8,4 milliards de dollars), tandis que l’augmentation de facilité élargie de crédit (FEC) existante a été seulement de 200 millions de dollars. Il apparaît donc que le FMI a, dans ce moment de détresse, privilégié la mise en place des ressources rentables et à court terme. En effet, la FCR du FMI permet aux pays qui en bénéficient de résorber rapidement les défis immédiats de balance de paiement. C’est un prêt qui est remboursable au taux d’intérêt de zéro avec une période de grâce de cinq ans et demi. Cependant, le défi c’est que, cet argent est libellé en dollars. Au regard des projections actualisées de l’économie mondiale, il y a un risque d’une forte demande du dollar ; ce qui pourrait augmenter sa valeur et déprécier de nombreuses monnaies africaines. Au bout de cinq ans de délai de grâce, il faudra plus de ressources internes à ces pays pour rembourser leurs dettes. L’instrument de financement rapide lui est donné à des taux d’intérêt au-dessus de zéro, mais pour un délai de remboursement qui va entre 3,5 ans et 5 ans. Les pays qui en ont bénéficié devront donc trouver la ressource pour le faire durant cette période ; ce qui fragilisera la position extérieure de l’Afrique si les choses ne sont pas revenues à la normale sur le commerce international.

Faible. En plus d’alourdir la dette des pays africains, l’aide du FMI reste assez faible, déjà au regard de l’ensemble des engagements budgétaires pris dans le monde (9.000 milliards de dollars). Selon certaines analyses, les pays y compris ceux qui sont développés, utilisent les mêmes solutions qui ont creusé les inégalités, sans relancer la croissance et le plein emploi pour résoudre cette ultime crise qui est encore plus grave. Selon des données de l’Institute of International Finance auxquelles l’Agence Ecofin a eu accès, la dette mondiale a augmenté de 14. 500 milliards de dollars, rien qu’au cours du premier trimestre 2020. C’est bien plus que les 10 .000 milliards de dollars de toute l’année 2019. Or, pour rembourser cette dette, le monde a besoin d’un vrai relais de croissance qui même, avant la crise se trouvait déjà en Afrique et en Asie du Sud-Est. Le plaidoyer de l’Agence Ecofin qui n’est pas loin de diverses autres propositions faites par des leaders d’opinion à l’international, serait de placer le FMI au cœur d’une réponse mondiale et égalitaire, et qui permettrait de réduire significativement la dette mondiale tout en libérant tout le potentiel de croissance des pays destinés à soutenir la prochaine étape de développement dans le monde.

Madagascar. Notons que pour Madagascar, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international  a approuvé en début d’avril, un décaissement au titre de la facilité de crédit rapide (FCR) équivalent à 122,2 millions de DTS (environ 165,99 millions de dollars au taux de change actuel, soit 50% du quota). Il s’agit d’un fonds destiné  à  aider le pays à répondre à ses besoins urgents de balance des paiements résultant du déclenchement de la pandémie de COVID-19.   La pandémie de Covid-19 a de graves répercussions sur l’économie de Madagascar. En raison d’une réduction spectaculaire du tourisme et de perturbations pour les exportations des industries manufacturières et extractives, ainsi que dans les transports, les communications et les services, la croissance du PIB réel devrait fortement décliner. La situation budgétaire se détériore aussi rapidement avec des dépenses de santé et sociales supplémentaires, et un manque à gagner important en termes de recettes fiscales. La FCR aidera les autorités à répondre aux besoins urgents de financement budgétaire et extérieur pour atténuer l’impact de la pandémie.

Recueillis par R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Efa miandrana ambàva basy ,miketrika fanodikodinana ry mahay zavatra .

  2. Miha matevina ihany ny compte offshoren’ny mpitondra afrikana.
    vola adala tompo fa hano hoy ry lérony.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.