Groupe de la BAD : La pertinence des High 5 soutenue par l’institution

Une transformation structurelle est nécessaire pour garantir une émergence économique, et réaliser les Objectifs de développement durable, selon le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD).

 Les priorités des gouvernements doivent aboutir à des résultats qui transforment leurs pays respectifs, selon les économistes de la BAD. « Bien que l’Afrique ait enregistré l’une des croissances économiques les plus robustes au monde, au cours de la dernière décennie, la plupart des économies africaines sont bien en deçà de leur plein potentiel. Une transformation structurelle est nécessaire pour créer plus d’emplois, réduire la pauvreté et réaliser les Objectifs de développement durable », ont-ils soutenu. Certes, depuis plusieurs années, la BAD a déjà démontré la pertinence de ses High 5 qui définissent les cinq domaines prioritaires fixés par le président de l’institution, Akinwumi Adesina. Des priorités qui, selon lui, coïncident parfaitement avec celles adoptées à Madagascar. En effet, les impacts des appuis du Groupe de la BAD à travers les financements de nombreux projets mis en œuvre à Madagascar sont considérables. Aujourd’hui encore, en pleine période de crise, cette institution financière soutient l’importance des High 5.

Nourrir l’Afrique. Telle est la première priorité indiquée par la BAD. Depuis 2015, plus de 74 millions d’Africains ont bénéficié de technologies agricoles améliorées grâce aux efforts de la BAD pour renforcer la sécurité alimentaire sur le continent. Dans le sud de Madagascar, plusieurs témoignages ont été recueillis par l’institution auprès des communautés, qui ont bénéficié des projets d’infrastructures agricoles, ayant transformé les activités d’agriculture et d’élevage dans ces zones.

Éclairer l’Afrique. L’accès à l’électricité reste un vrai casse-tête pour de nombreux pays du continent. Sans électricité, l’agriculture ne pourra répondre efficacement au défi grandissant de la sécurité alimentaire, selon la BAD. Celle-ci a ainsi fait de l’investissement dans l’énergie une priorité. Depuis 2016, elle a mobilisé 12 milliards de dollars pour sa priorité stratégique « Éclairer l’Afrique ». Grâce à cet investissement, 13,4 millions de personnes ont pu avoir accès à l’électricité. Rien que pour cette année, la BAD a débloqué un financement de 38,4 millions USD, pour financer la première phase du projet de renforcement et d’interconnexion des réseaux de transport d’énergie électrique à Madagascar (PRIRTEM), qui permettra à la Jirama d’opérer 30 000 nouveaux branchements pour ses usagers.

Industrialiser l’Afrique. Pour cette troisième priorité, la BAD a déjà permis à 9 millions de personnes d’accéder aux financements par le biais d’entreprises privées. Ce ne sont pas les opportunités qui manquent, selon l’institution, qui a cité comme exemple le cas du Nigeria. « Plus de 70% de la population de ce pays dépend de l’agriculture. Les fluctuations dans les récoltes ont des répercussions considérables sur les rendements, les revenus et la sécurité alimentaire. Produire des engrais localement devient alors une solution. Dans cette perspective, la BAD a soutenu la construction d’une usine d’engrais dernière génération à Port Harcourt, en apportant plus de 100 millions USD », ont indiqué les représentants du Groupe de la BAD.

Intégrer l’Afrique. Pour tirer davantage de bénéfices de l’industrialisation, l’Afrique doit mieux s’intégrer en termes de commerce et de marchés, selon la BAD. « Grâce à l’intégration, les pays africains peuvent accéder à des marchés plus vastes et ainsi accroître les revenus de millions d’habitants grâce à de nouvelles opportunités », a-t-elle soutenu. Depuis 2015, plus de 69 millions de personnes ont bénéficié du soutien de l’institution, pour de nouvelles infrastructures de transport qui ont fait progresser l’intégration.

Améliorer la qualité de vie des Africains. Pour cette cinquième priorité, la BAD vise à améliorer les conditions de vie des populations passant par un accès amélioré à des services essentiels tels que la santé, l’eau ou l’assainissement. « C’est également leur permettre d’accéder à l’éducation et d’acquérir les compétences nécessaires pour occuper des emplois et créer des entreprises viables. Depuis 2015, grâce aux projets de la Banque, 43 millions de personnes ont désormais accès à l’eau et à l’assainissement », a affirmé la BAD. Bref, les actions menées par le Groupe de la BAD dans le cadre de ces cinq priorités ont déjà permis d’avoir des résultats importants pour le développement des pays bénéficiaires. Certes, il s’agit de priorités auxquelles les dirigeants doivent accorder plus d’attention.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.