Impacts de Facebook sur 5 ans : Une croissance attendue de 57 milliards USD en Afrique-Subsaharienne

Le développement numérique affiche des impacts économiques considérables à Madagascar, tout comme dans l’ensemble de la région d’Afrique subsaharienne. Cette semaine, la société Facebook a publié les résultats de l’étude intitulée « L’impact des initiatives de connectivité de Facebook en Afrique Subsaharienne », menée par Analysys Mason. Ce rapport souligne comment les investissements de Facebook dans les infrastructures et la connectivité dans la région apporteront plus de 57 milliards de dollars en avantages économiques au cours des cinq prochaines années (2020-2024).

Connectivité. La téléphonie mobile a permis de contourner de nombreuses contraintes pour l’accès aux technologies digitales. Selon l’Economist Intelligence Unit – Inclusive Internet Index 2020, plus de 800 millions de personnes en Afrique subsaharienne ne sont pas connectées à Internet. « Depuis plusieurs  années, Facebook investit dans des infrastructures et des partenariats afin d’éliminer les obstacles à la connectivité, tels que le manque d’infrastructures ou le coût de l’accès à internet. Les investissements en infrastructures et les initiatives de connectivité de Facebook visent également à proposer des apports financiers et techniques qui peuvent rendre les infrastructures plus faciles et moins coûteuses à déployer sur le continent », a indiqué cet organisme.

Infrastructures. Outre ses investissements directs, les apports financiers et techniques faits par Facebook dans la région concernent en grande partie les infrastructures favorisant la connectivité à Internet. La société a cité les câbles sous-marins qui permettront d’augmenter l’offre de bande passante internationale, de réduire les coûts des fournisseurs d’accès à Internet et de combiner une plus grande connectivité et des prix plus bas pour les utilisateurs finaux.

Croissance. Il y a également les réseaux de pointes, permettant aux fournisseurs d’accès à internet et aux opérateurs de réseau mobiles, d’accéder au contenu de la plateforme Facebook, plus près de leurs propres réseaux. Selon les explications, cela augmente la qualité du service et réduit les coûts, en réduisant les coûts de connectivité internationale et de transit. 70% du trafic de Facebook en Afrique subsaharienne est désormais desservi depuis la région, et les investissements dans les réseaux de pointe et la capacité internationale permettront au trafic internet d’augmenter de 9% d’ici 2024 et de générer une augmentation du PIB de 53 milliards de dollars sur une période de cinq ans. Par ailleurs, Facebook apporte également des investissements dans la fibre optique, et soutient les opérateurs de téléphonie mobile, par des initiatives de facilitation.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Et ainsi…hélas, les consuméristes, inconscients, malgré eux , enrichissent davantage ce Zuck sans coeur.Et, encore hélas, avec ce soutien aux opérateurs de téléphonie mobile, le 5G, ce Zuck, indirectement fera croître les cancers en tous genres alors que le covid-19 n’est pas encore maîtrisé. L’gnorance est la source de tous les malheurs: quel monde!

Poster un commentaire