Chaînes de valeur agricoles : Appui du projet CASEF à l’amélioration de la qualité du litchi

Un renouvellement de plantation de litchi est prévu dans les régions de la Côte Est de Madagascar.

Le projet CASEF (Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière) vise à développer sept chaînes de valeur agricoles dans les régions Côte Est de Madagascar.

Il s’agit notamment des chaînes de valeur de girofle, de litchi, de cannelle, de poivre, de curcuma, d’ananas et de grenadelle. Son objectif vise à améliorer la sécurisation foncière et l’accès aux marchés des ménages agricoles ciblés au sein de ces sept chaînes de valeur agricoles spécifiques tout en assurant de manière durable l’approvisionnement en produit de qualité. Parlant de la filière litchi en particulier, des actions ont été menées dans la commune rurale d’Andondabe, district de Toamasina II, dans la région Atsinanana, afin d’améliorer la qualité de ce produit destiné en grande partie à l’exportation.

Diminution du quota. Effectivement, force est de reconnaître que la qualité des produits agricoles destinés à l’exportation a connu une forte dégradation depuis ces dernières décennies. Ce qui a entraîné une baisse de la part de marché de la Grande-île sur le plan international. A titre d’illustration, une diminution de l’ordre de 10% du quota de litchi expédié sur les marchés des pays de l’Union européenne, a été, enregistrée pour la campagne d’exportation de 2019 bien que Madagascar reste le premier fournisseur de ce fruit pour ces pays. Cette situation a été aggravée par les irrégularités de l’offre des producteurs. Face à cet état de fait, le projet CASEF a mené des actions pilotes dans cette commune rurale d’Andondabe, et ce, suite à la demande des exportateurs certifiés Global GAP, les producteurs locaux et les autorités locales. Il faut savoir, également, que cette commune a été choisie étant donné qu’elle fait partie de la zone productrice réputée en matière de qualité de litchi conforme aux exigences du marché international. En outre, son microclimat favorise la précocité de la maturité de ce fruit.

91,6 tonnes de litchis triés. Et parmi les actions pilotes menées par le projet CASEF, des animateurs de triage et des responsables de qualité ont effectué une opération de triage et de contrôle de la qualité de litchi provenant des 201 producteurs répartis dans 15 fokontany de cette commune. Ils ont bénéficié d’une formation en matière d’exigence sur la qualité et l’hygiène au niveau des fokontany et des points de collecte avant de procéder à cette opération. Lors de la dernière campagne d’exportation, 91,6 tonnes de litchis triés surtout au niveau des calibres, ont été achetés par des collecteurs mandatés par des exportateurs impliqués dans ce processus, en l’occurrence de Faly Export et de Tropical Fruit. Cette production a été acheminée vers leurs centres de soufrage et de conditionnement en vue d’être exportée par bateau. Et comme retombée positive, les producteurs ont gagné un surplus de revenu de l’ordre de 100 ariary/kg par rapport à la pratique conventionnelle, et ce, grâce à ce triage de litchi.

Redorer le blason de Madagascar. Par ailleurs, un renouvellement de la plantation de litchi est prévu en partenariat avec des opérateurs membres du GEL (Groupement des Exportateurs de Litchi). Cela consiste, notamment, à procéder au rajeunissement des plants, à la création de nouveaux vergers de litchi et à la formation à l’entretien des plants surtout au niveau de la technique de taillage et de fertilisation. Le but est de redorer le blason de Madagascar en tant que plus grand fournisseur de litchi de qualité sur le marché international tout en augmentant sa part de marché face à la concurrence des litchis en provenance de La Réunion, d’Afrique du Sud et de Mozambique.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.