LFI 2021 : Les secrétaires généraux se penchent sur le cadrage des dépenses à moyen terme

Le MEF continue la préparation de la loi de finances rectificative sous le signe de la bonne gouvernance.

La préparation de la loi de finances initiale 2021 se poursuit. Après le colloque régional tenu récemment à Toliara, les préparatifs se sont poursuivis dans la capitale avec la réunion sur le cadrage des dépenses à moyen terme, les 10 et 11 septembre derniers.

Dirigée par le secrétaire général de la Présidence de la République, Valéry Ramonjavelo, cette réunion a notamment vu la présence des secrétaires sénéraux de différents départements ministériels.

Réalistes

Une occasion pour ces techniciens de prendre toutes les dispositions nécessaires permettant de faciliter la prise de décision en vue d’une bonne adoption de la loi de finances initiale en conseil des ministres. En effet, le cadre budgétaire à moyen terme définit, en fonction d’hypothèses économiques réalistes, l’évolution sur une période minimum de trois ans, un certain nombre de paramètres influant sur la loi de finances. Il s’agit, entre autres, de l’ensemble des dépenses et recettes des administrations publiques, y compris les contributions des bailleurs de fonds internationaux ; du besoin ou de la capacité de financement des administrations publiques qui en résulte ; des éléments de financement ainsi que du niveau global d’endettement financier des administrations publiques. Sur la base de ce cadre budgétaire à moyen terme et dans les limites qu’il fixe, le gouvernement établit des Cadres de Dépenses à Moyen Terme (CDMT), décomposant sur une période minimum de trois ans, les grandes catégories de dépenses publiques, par nature, par fonction et par ministère.

Priorités

Durant cette réunion, les secrétaires généraux ont notamment défini la meilleure façon de mettre en œuvre les actions nécessaires pour réaliser les priorités du gouvernement dans le cadre de la poursuite de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et les actions de relance de l’économie pour l’après-crise. Les secrétaires généraux ont été ainsi invités à présenter avec le maximum de détails les programmes d’actions de chaque département. Et ce, conformément à la politique générale de l’Etat qui va poursuivre les projets de développement initiés ces derniers mois. En somme, la loi de finances initiale 2021 est préparée dans les règles de l’art. L’équipe du ministère de l’Economie et des finances a été dirigée par sa secrétaire générale, Rabarinirinarison Rindra Hasimbelo.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.