Crise économique : Appui de la SFI à l’ajustement des business plans des MPME

Ce groupe de la Banque Mondiale prodigue une série de formations au profit des entrepreneurs bénéficiaires du crédit Miarina au Nexta à Andranomena. 

Plusieurs micros, petites et moyennes entreprises (MPME) ont rencontré de nombreux problèmes en raison des conséquences de la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 à Madagascar, durant plus de cinq mois. Cependant, « elles constituent le principal moteur de développement économique du pays. Leur capacité à surmonter cette crise et à prospérer s’avère importante pour assurer la relance économique de la Grande île », a soulevé Marcelle Ayo, Représentante Pays de l’IFC ou la Société Financière Internationale, lors de sa rencontre avec les 50 entrepreneurs bénéficiaires du crédit Miarina promu par le programme national Fihariana, hier au Nexta à Andranomena. 

En fait, ces entrepreneurs opérant dans divers secteurs d’activité et qui sont localisés dans la région Analamanga, y poursuivent des formations en gestion d’entreprise prodiguées par la SFI dans le cadre de son partenariat avec le programme national Fihariana, et ce, depuis le 09 septembre 2020. Lors de la première partie de la formation, ils ont été guidés vers une approche pragmatique de gestion des impacts de la crise sur leurs entreprises. Dans la seconde partie de la formation, la SFI qui fait partie du groupe de la Banque Mondiale, leur accompagne à l’ajustement de leurs business plan en temps de crise. L’objectif consiste à les guider vers une meilleure flexibilité et proactivité face aux changements contextuels. « Il faut qu’ils améliorent en même temps la compréhension des critères d’accès au financement tout en mieux tirant parti des technologies disponibles », a-t-elle ajouté. Ainsi, les MPME bénéficiaires de ces formations seront aptes à déterminer une stratégie de survie face à la crise économique liée à cette crise sanitaire et à identifier de nouvelles opportunités. En outre, ils seront capables d’obtenir un financement intermédiaire en cas d’urgence ou de présenter un nouveau plan d’affaires aux institutions financières. 

D’après toujours Marcelle Ayo, ces formations constituent un point de départ d’une collaboration fructueuse entre les deux parties, d’autant plus que cela entre dans le cadre des efforts de la SFI pour soutenir le plan d’intervention d’urgence et de relance économique de Madagascar. Pour sa part, Valérie Zafindravaka, le Secrétaire exécutif du programme national de l’entrepreneuriat Fihariana, a évoqué qu’il est important de revoir les charges et l’exploitation de chaque entreprise bénéficiaire du crédit Miarina dans le contexte actuel. « C’est une opportunité unique pour eux de suivre cette formation conçue et élaborée par la SFI. En effet, les chefs d’entreprises qui y participent bénéficient du partage de bonnes pratiques préalablement identifiées par ce groupe de la Banque Mondiale, ainsi que son expertise dans l’accompagnement des entreprises dans le monde », a-t-elle conclu. 

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.