Infrastructures : Les chantiers de l’Émergence soutenus par FED

Certains projets d’infrastructures de Madagascar bénéficient de cofinancements de l’Union Européenne avec d’autres partenaires européens.

8 projets d’infrastructures dans trois secteurs d’activité sont signés et en cours de mise en œuvre, dans le cadre de la coopération de Madagascar avec l’Union européenne. 204 millions du 11e FED, soit plus de 856 milliards Ariary, sont destinés au financement de ces projets.

 La réalisation des projets d’infrastructures figure parmi les plus grands défis du Plan Emergence de Madagascar (PEM). Selon le BACE (Bureau d’Appui à la Coopération Extérieure), c’est pour leur importance dans le processus de développement, que les infrastructures sont considérées comme l’un des secteurs de concentration du Programme Indicatif National (PIN), financé par 11e Fonds européen de développement (FED). En effet, le programme « Infrastructures en support au développement économique » a été initié et mis en œuvre à Madagascar, bénéficiant d’un financement de 204 millions d’euros du FED. « Ce programme a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la mobilité des personnes et des biens par l’amélioration des connexions routières. Il vise également à améliorer l’accès à l’électricité et à l’eau potable. Trois secteurs sont donc concernés par ce programme, à savoir le secteur routier et le transport, le secteur de l’énergie, l’eau et assainissement », a expliqué Fanilo Herizo Andriamalala, qui est en charge de ce Programme au sein du BACE.

En cours de mise en œuvre. Madagascar et l’Union européenne ont décidé de passer à la vitesse supérieure dans la mise en œuvre de ce Programme « Infrastructures ». Huit projets sont à ce jour signés et sont mis en œuvre. Le BACE a cité le projet d’Appui institutionnel aux infrastructures qui bénéficie d’un financement de 6 millions d’euros du FED et vise l’amélioration de la gestion de la durabilité des infrastructures de service ; le projet de modernisation de réseaux routiers (phase I) qui concerne la réhabilitation de la RN6 et la RN13, pour un financement de 115 millions d’euros du FED, 114,7 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement (BEI), et 4,1 millions d’euros de l’Etat malagasy. L’objectif de ce projet est de contribuer à l’amélioration de la mobilité des personnes et des biens, par la réhabilitation de ces routes nationales. Le troisième projet est celui de la construction de la rocade Est et Nord-Est d’Antananarivo, pour un montant total de 62,9 millions d’euros, dont 4,9 millions d’euros du FED, 24 millions d’euros de l’Agence française de développement (AFD), 28 millions d’euros de la BEI, 6 millions d’euros de l’Etat malagasy. Ce projet vise à améliorer la mobilité des personnes et des biens à l’intérieur de la Capitale de la Grande Ile. Le quatrième est le Projet intégré d’assainissement de la ville d’Antananarivo (PIAA), financé à hauteur de 34,1 millions d’euros, dont 3 millions d’euros du FED, 25 millions d’euros de l’AFD et 6,1 millions d’euros de l’Etat malagasy. L’objectif pour celui-ci est d’améliorer les conditions de vie des habitants de l’agglomération d’Antananarivo. Le cinquième projet est le désenclavement et l’assainissement des quartiers prioritaires de l’agglomération d’Antananarivo (Lalankely III), financé à 26,3 millions d’euros, dont 3 millions d’euros du FED, 19 millions d’euros de l’AFD et 4,3 millions d’euros de l’Etat malagasy. Cette enveloppe vise à améliorer les conditions de vie dans les quartiers les plus défavorisés de la Capitale.

Diversifiés. Le sixième projet concerne l’aménagement des corridors et de la facilitation du commerce, incluant la réhabilitation de la RNT 12 A et la RN9. Le financement de ce projet s’élève à 183,1 millions d’euros, dont 39,9 millions d’euros du FED, 137,5 millions d’euros de la Banque africaine de développement (BAD), et 5,6 millions d’euros de l’Etat malagasy. Ce projet vise l’amélioration de la connectivité de Madagascar avec les pays de la sous-région, en vue de l’accroissement des échanges commerciaux. Le septième projet est le Water II en appui à la Jirama. Celui-ci bénéficie d’un financement de 73,2 millions d’euros, dont 29,2 millions du FED, 35 millions d’euros de la BEI, 2,5 millions d’euros de l’ONG WSUP et 6,5 millions d’euros de l’État malagasy. Ce projet contribuera à l’amélioration de l’accès à l’eau potable à Madagascar. Enfin le huitième projet est celuui de la Ligne de crédit « Sunrise Madagascar » qui est financé à hauteur de 39,9 millions d’euros, dont 2,9 millions d’euros du FED, 25 millions d’euros de l’AFD, 2,5 millions d’euros des banques participantes au projet et 6 millions d’euros du porteur du projet. Celui-ci se fixe comme objectif la facilitation de la transition énergétique et la croissance économique du pays.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Une bonne nouvelle pour Madagascar espérons que tout ses projets serons réalisés.il est tant d’avancer car nous sommes en 21e siècle. Et y a du travaille côté des égouts dans toute l île surtout dans la capitale .

  2. Bonne compétence journalistique ,qui assure son rôle de donner des informations à la population . Restez comme vous êtes ,et ne soyez pas corrompus comme la plupart .

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.