Normes environnementales : Implication des cellules environnementales des ministères

Les cellules environnementales des 21 ministères ont participé à cet atelier.

On ne peut assurer un développement durable sans l’intégration de la dimension environnementale dans la mise en œuvre de toutes les politiques sectorielles à Madagascar.

Face à cet état des faits, un atelier de développement de capacité des cellules environnementales des ministères est organisé par le ministère de l’Environnement et du Développement Durable, en étroite collaboration avec l’USAID à travers le programme Hay Tao. Cet atelier qui se tient à l’hôtel Panorama durera deux jours. L’objectif consiste à impliquer ces cellules environnementales dans la protection de l’environnement tout en maîtrisant les normes environnementales. En effet, chaque cellule a pour rôle de veiller à l’application des lois en vigueur au niveau de son secteur ainsi que de contribuer à l’élaboration des textes visant l’intégration de la dimension environnementale au sein de son département ministériel. La mise en application des textes réglementaires n’est pas en reste.

Coordination. Les cellules environnementales de 21 ministères y ont participé. On peut citer, entre autres, les ministères en charge de l’Environnement, des Mines et des Ressources Stratégiques, de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, de l’Industrie et du Commerce, de l’Aménagement du Territoire, de la Santé Publique, de la Décentralisation, de la Sécurité Publique et de l’Education Nationale. Les participants ont pu acquérir la connaissance des différents textes sur l’environnement, le concept de la protection de l’environnement et la dimension environnementale dans une politique sectorielle, à travers cette formation prodiguée par l’Office National de l’Environnement. Cette initiative a été également prise dans le cadre de la promotion de la collaboration et de la coordination entre les institutions gouvernementales et la coalition des organisations de la société civile Henika sous le lead de la plateforme AVG (Alliance Voahary Gasy). Il est à noter que les membres de cette coalition ont déjà bénéficié d’un renforcement de capacité en matière de normes environnementales.

Maîtrise des textes. A l’issue de cet atelier, ces cellules environnementales des ministères comprendront la dimension environnementale dans la mise en œuvre des plans ou programmes nationaux, ainsi que sa déclinaison au niveau de leurs missions. En outre, elles maîtriseront les principaux textes sur la gestion et la protection de l’environnement ainsi que la conservation et le développement durable. Les notions de gouvernance environnementale, de plaidoyer, de cadre logique et de planification seront également acquises. « Elles devront être également dotées de tous les moyens nécessaires pour qu’elles puissent réaliser leurs missions si l’Etat veut réellement considérer l’environnement comme sa préoccupation majeure », a soulevé Ndranto Razakamanarina, le PCA de l’AVG. Pour sa part, la ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Baomiavotse Raharinina, a soulevé l’importance de la protection de nos ressources naturelles au profit des générations futures. « Nous saluons déjà ses efforts de faire plusieurs descentes afin de constater de visu les situations sur le terrain », a conclu le président de l’AVG.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.