Impacts de la  Covid-19 : Récession économique confirmée par la Banque Mondiale  

La récession économique est certaine pour cette année.

Même si le bilan sanitaire de la pandémie de Covid-19 est moins lourd en Afrique, comparé à ceux des autres continents, les impacts économiques sont graves, selon les analystes auprès de la Banque Mondiale.

-3,3% pour cette année 2020. C’est la baisse de la croissance économique prévue pour la zone Afrique Subsaharienne, dont Madagascar fait partie, selon le rapport de la Banque Mondiale, présenté le 8 octobre dernier. L’institution indique dans le rapport de sa dernière analyse de l’économie régionale « Africa’s Pulse : Tracer la voie de la relance économique », il s’agit de la première récession économique de cette région, en 25 ans. La pandémie risque aussi de faire basculer 40 millions d’Africains dans l’extrême pauvreté, effaçant au moins cinq années de progrès dans la lutte contre la pauvreté, selon toujours le rapport. Avec plus d’un million de cas de Covid-19 déclarés à travers le continent, la pandémie n’apparaît pas encore  comme maîtrisée en Afrique subsaharienne. Certains pays, comme le Sénégal ou Maurice, ont su réagir à temps pour limiter la propagation des infections. Néanmoins, les mesures de confinement efficaces s’accompagnent de coûts très élevés pour l’économie, comme on a pu le constater de par le monde. « La voie de la relance économique s’annonce longue et difficile, mais elle peut être accélérée, solide et plus inclusive si les pays africains accordent la priorité aux réformes et aux investissements qui permettront de relever le défi de créer davantage d’emplois inclusifs et de meilleure qualité », a expliqué Albert Zeufack, économiste en chef à la Banque mondiale pour l’Afrique.

Avantages. Le déclin de la croissance a été particulièrement marqué pour les pays exportateurs de métaux, pour lesquels on s’attend à une contraction du PIB réel de 6 %, reflétant en partie la baisse importante de la production en Afrique du Sud. Tandis que du côté des pays exportateurs de pétrole, après une croissance de 1,5 % en 2019, le PIB réel devrait diminuer de plus de 4 points de pourcentage en 2020, du fait du recul de la croissance en Angola et au Nigéria, selon le rapport de la Banque Mondiale. En revanche, les pays dont l’économie ne dépend pas essentiellement des ressources naturelles, ne devraient afficher qu’un recul modéré de leur croissance en 2020. Si l’on s’attend à un ralentissement sensible dans ces pays – comme la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie ou le Kenya – la croissance devrait rester positive, du fait de la plus grande diversification de leurs économies. Cependant, les économies dépendantes du tourisme, ont connu une forte contraction de leur économie, le secteur des services étant fortement affecté par la chute drastique du tourisme international. Cette année, le ralentissement sensible de l’activité économique devrait coûter au moins 115 millions de dollars de pertes de production à la région. On s’attend à un recul de 6 % du produit intérieur brut par habitant, entraîné notamment par la baisse de la consommation intérieure et de l’investissement, découlant des mesures de confinement mises en place pour ralentir la propagation du coronavirus.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Partout en Europe le virus prend pied et à Mada, tout tranquille apparemment : on a le CVO !!

  2. Pour l’interdictiction d’aller pour un français est aussi économique.
    En fait les français n’ont jamais autant économiser sur leurs livret et investit dans l’or… et cela dans toutes les catégories sociales.
    Plus de 30 millions d’euro mis de côté depuis le COVID 19.
    L’état, évidemment ne veut pas que cette argent soit dépenser ailleurs qu’en France, voilà pourquoi Mada est fermé aux francais. Par contre les îles françaises ( Mayotte, Réunion, Tahiti …) sont ouverts aux voyageurs.
    De toutes façons, il va falloir apprendre à vivre avec le Coronavirus et arrêter de bafouer nos droits élémentaires comme être libre de se déplacer.
    En plus à Madagascar, il y a beaucoups moins de Covid qu’en France…
    Voyez les chiffres à Tuléar par rapport à Lille…personnellement je préfère aller vivre à Tuléar, Madagascar….

    Encore une histoire de fric

  3. les mesures sensées protéger les populations seront beaucoup plus mortelles que le virus….famine, pauvreté généralisée, suicides, faillites, dépression….etc….jamais un pays ne s’est arrêté de vivre par peur d’un virus moins mortel que la grippe…. en vérité, je crois qu’un projet diabolique se cache derrière tout ce tintouin

  4. Madagascar n’est pas sorti de l’auberge comme on le prétend. Le CvO n’a pas eu d’impact sur la maîtrise de la maladie. Le senegal, Maurice qu’est ce qu’ils ont fait pout la maîtriser ?

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.