Projet « One African Network » : Vers la réduction du coût de la communication en Afrique

Le groupe Orange confirme sa position de leader de l’interconnexion internationale en Afrique.

Le groupe Orange travaille en partenariat avec Smart Africa afin de mettre en œuvre le projet « One African Network ». L’objectif consiste à réduire le coût de la communication en Afrique tout en maintenant le trafic généré et destiné à ce continent. Le Secrétariat de Smart Africa a souligné la nécessité de collaborer efficacement avec le secteur privé et de créer des synergies avec les infrastructures existantes. En effet, Orange dispose depuis de nombreuses années d’infrastructures permettant l’interconnexion directe des opérateurs africains entre eux, et ce, grâce à ses filiales éparpillées dans de nombreux pays en Afrique. « Nous apprécions l’engagement d’Orange à renforcer la capacité de l’Afrique à gérer et à conserver ses propres données. C’est important pour assurer un accès universel à travers des économies de coûts et une souveraineté des données, ce qui est une caractéristique de notre politique en matière de données. Par conséquent, ce partenariat avec Orange contribue grandement à concrétiser ces principes et à faire du Réseau Africain Unique une réalité», a soulevé Lacina Koné, Directeur Général & CEO de Smart Africa.

Inclusion financière. Il faut savoir que ce groupe poursuit cette stratégie en localisant sur le continent le transport et l’hébergement du trafic voix et des données de roaming. Il annonce ainsi la mise en service de deux nouveaux points de présence (PoP) voix internationaux à Lagos, Nigeria, ainsi que l’hébergement des données de roaming au sein d’une chambre de compensation située en Afrique. Ces initiatives permettent de renforcer d’une part la qualité de service et d’autre part la sécurité des données pour l’ensemble des utilisateurs du continent. A part cela, l’extension de son réseau permet de conserver le trafic intra-africain. En fait, les deux parties envisagent de développer ce projet afin d’assurer une meilleure connectivité entre les pays en Afrique et de contribuer à l’inclusion financière. Le groupe dispose d’ailleurs de plusieurs data centers interconnectés à travers un réseau ouvert et sans couture pour héberger les données localement en Afrique. Depuis 2015, il a entre autres, mis en place le Roaming Operational Center à Abidjan. C’est un centre de compétence mondial qui pilote les tests et les ouvertures des routes de roaming, soit en direct avec ses partenaires régionaux et mondiaux, soit via son Roaming Hub. Et plus d’une centaine d’opérateurs y sont maintenant raccordés.

Position de leader. Pour compléter ce dispositif, les flux de trafic inter-opérateurs liés à l’itinérance en Afrique, seront hébergés par une chambre de compensation localisée dans un data center dans ce continent, à compter du 1er janvier 2021. « Avec l’ouverture de nouveaux points de présence voix et d’une chambre de compensation des flux de roaming en Afrique, Orange confirme sa position de leader de l’interconnexion internationale en Afrique et sa capacité à apporter une solution de proximité aux opérateurs africains pour l’ensemble des services voix, data et roaming. L’ambition d’Orange est de maintenir tous les trafics et tous les flux en Afrique, et ainsi de contribuer à l’essor de l’économie numérique de ce continent », a déclaré Jérome Barré, CEO Orange Wholesale & International Networks.

Recueillis par Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.