Artisanat : Un atelier de traitement de raphia pour la région SOFIA

Certains des équipements installés au sein de l’atelier.

Le Centre régional de l’artisanat malagasy (CERAM) dans la région SOFIA a été doté par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, d’un atelier de traitement de raphia permettant de développer cette filière. Cet atelier est composé d’équipements modernes tels que deux grands métiers à tisser, deux imprimantes 3D et un matériel à gravure CNC. « L’objectif vise à développer la production de produits artisanaux à base de raphia, tant en quantité qu’en qualité. Des actions de professionnalisation de ce métier seront en même temps renforcées dans cette région à forte potentialité en raphia », a expliqué le ministre de tutelle, Lantosoa Rakotomalala, lors de la remise officielle de ces équipements servant à traiter cette matière première. 

Satisfaire la demande. Compte tenu de son envergure dans le secteur artisanal, le raphia figure parmi les filières prioritaires au sein de son département. Il faut savoir également que ces équipements modernes permetteront d’effectuer une certaine forme d’automatisation au sein de cet atelier. Le but de ce soutien matériel et technique des artisans se spécialisant dans la transformation de raphia consiste à renforcer leur capacité pour pouvoir satisfaire la demande sur le marché international, pour ne citer que le marché du COMESA, tout en promouvant le savoir-faire et la culture malgaches dans ce domaine. Une vingtaine de femmes artisanes sont les premières bénéficiaires de cet atelier, étant donné que le ministère de tutelle promeut l’entrepreneuriat au féminin. « Cependant, l’accès à l’atelier est ouvert aux associations d’artisans qui manifestent leur intérêt à rejoindre cette vision d’établir une qualité supérieure du raphia », a conclu le ministre de tutelle. 

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Il y a qq années, deux métiers ont été livrés aux associations feminimes d’un village dans la région Sofia pour promouvoir la transformation sur place des matières végétales. Formation donnée par des tisserands d’Ambohitrabiby.
    En plus du raphia, il y aussi la soie sauvage dans la région.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.