Pauvreté liée à la sécheresse : L’attention des dirigeants sollicitée par la société civile

La solution durable de pauvreté, suite à la sècheresse du Sud, est-elle environnementale ou économique ? La sécheresse que subissent nos concitoyens du Sud n’est pas aussi forte que ce que vivent nos confrères du Sahara. Pourtant, les deux images désolantes qui font l’image de Madagascar dans le monde sont les lémuriens, menacés de disparition, et les enfants de l’Androy malnutris. Ces deux images attirent l’attention des partenaires de développement. Si la cause des lémuriens alerte autant d’experts et est appuyée par diverses stratégies ainsi que de plusieurs milliard de dollars US, celle des enfants, en comparaison, n’en cumule que peu. A noter que les facteurs de la sécheresse sont concernés de manière intégré par les trois conventions des Nations Unies en matière d’environnement : le changement climatique UNDCCC, la biodiversité CDB et la désertification et la sècheresse UNCCD. Cette dernière concerne précisément l’Afrique, incluant Madagascar.

Opportunité à saisir. Malheureusement, on parle moins de la Grande-île. Les stratégies PAYS du Système des Nations Unies à Madagascar, elles même, ne mentionnent ni le terme « sécheresse » ni « dégradation des terres », alors que la majorité de ses investissements est axée dans le Sud. Le problème du Sud, pour les économistes et les experts, est-il sanitaire, nutritionnel ou alimentaire ? Différents pays ont subi la désertification : la Chine, la Turquie, etc. Pour le cas du Sahel, sur la base de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification et la sècheresse, une stratégie intégrée « Great Green Hal » a été mise en place. On voit rarement des photos qui rappellent l’Afrique d’antan. Notons que l’économie, l’environnement, la recherche scientifique et le développement ont été intégrés dans le cadre d’une stratégie pluriannuelle. Selon Rakotovoavy Frédéric – d’Actions Sans Frontières, OSC agréée de l’UNCCD – les expertises et les ressources existent. « La volonté de trouver une solution durable de l’équipe dirigeante actuelle doit se préparer dès aujourd’hui pour profiter des opportunités de cette convention à travers la prochaine COP15 de l’UNCCD qui se déroulera en Septembre 2021. Les questions d’ordre économique seront-elles associées ? », a-t-il évoqué.

Recueillis par Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.