Fonds contre la Covid-19 : Le ministère de l’Économie et des Finances publie un troisième rapport

Le « Tosika Fameno » figure parmi les actions initiées par le gouvernement qui ont fait beaucoup d’heureux.

Depuis le début de la crise sanitaire, le montant des fonds décaissés se chiffre à 380,75 millions USD. Ces financements ont été utilisés dans le cadre d’actions gérées par l’État, ou directement par des projets spécifiques.

Le gouvernement malgache fait preuve de transparence concernant les aides octroyées par les bailleurs de fonds pour la lutte contre la pandémie de Covid-19. Le ministère de l’Économie et des Finances publie en effet sur son site Internet les détails de ces financements.

Code couleur. Il s’agit en fait du troisième rapport publié par ce département. Faut-il, en effet, rappeler qu’un rapport provisoire a déjà été publié en juin dernier. Suivi d’un second rapport mis à jour, sorti le 28 juillet 2020, lequel a distingué par code couleur les financements négociés et ceux encore à négocier. Ce second rapport a également eu le mérite de séparer les fonds issus du système des Nations unies, qui sont gérés directement au niveau des projets sans transiter dans le budget général ; des autres fonds gérés par l’État tels que les aides à la balance de paiement. Le troisième rapport publié le 2 novembre dernier se distingue par la mise à jour de la situation la plus récente des financements extérieurs et leurs affectations prévues.

Transferts monétaires. Parmi les fonds gérés par l’État figure par exemple le projet Filets sociaux de sécurité, financé par la Banque mondiale à hauteur de 12,71 millions de dollars, dont 11,79 millions sont déjà décaissés. Le rapport du ministère de l’Économie et des Finances indique que ces fonds ont servi aux paiements des transferts monétaires non conditionnels (TMNC) décidés par le gouvernement au taux de 100.000 ariary par ménage bénéficiaire – dont  7,7 millions USD destinés à 150.000 ménages,  2,3 millions USD en prévision d’éventuelles extensions  géographiques ou temporelles – et enfin 400.000 USD en prévision des activités post-crises dans le Sud. En somme, contrairement aux allégations des détracteurs du régime, ces fonds ont effectivement été dépensés dans la lutte contre la pandémie. Le Fonds monétaire international (FMI) figure également parmi les grands bailleurs de la lutte contre la Covid-19. Et ce, à travers les deux tranches de la facilité de crédit rapide. Le premier d’un montant de 165,99 millions USD ; et le second de 171,90 millions USD, soit au total 337,89 millions USD.  Ce sont des aides à la balance des paiements, qui ont été rétrocédées par la suite au ministère de l’Économie et des Finances pour financer le gap des finances publiques en 2020 et l’accroissement des dépenses sociales.

Actions concrètes. À noter que ce rapport publié par le ministère de l’Économie et des Finances ne se substitue pas au rapport d’utilisation du fonds « Covid » tel qu’il est indiqué par le décret 2020-725 du 1er juillet 2020, qui devrait intégrer les rapports des dépenses réalisées. Le rapport des dépenses bien spécifiées « Covid » au niveau du Centre de commandement opérationnel (CCO) est déjà disponible au niveau de ce centre, mais il ne contient pas la partie des dépenses réalisées au niveau des différents ministères, qui attendent encore l’indication des dépenses fléchées « Covid ».  Dans tous les cas, la publication de ce troisième rapport démontre que les fonds alloués sont effectivement utilisés dans le cadre d’actions concrètes, qui ont d’ailleurs permis au pays de maîtriser à temps la pandémie de coronavirus. L’exemple le plus marquant est sans doute la fameuse « Tosika Fameno », cette aide directe alimentaire et en numéraire octroyée à la population.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.