LFI 2021 : Des innovations pour la réalisation des “Velirano”

Le MEF a présenté hier à l’Assemblée Nationale, le projet de loi de finances initiale 2021.

Le projet de loi de finances initiale 2021 traduit la volonté du gouvernement de réaliser les « velirano » du président de la République

Le projet de loi de finances initiale 2019 était au menu des députés hier, lors d’une séance plénière qui s’est tenue au palais de Tsimbazaza. Le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto a présenté le projet de budget aux parlementaires de la Chambre basse.

Innovations

 Un projet de loi de finances qui se démarque par un certain nombre d’innovations, qui feront probablement le bonheur des usagers et qui auront leur pesant d’or pour le développement socio-économique. A commencer par l’exonération du blé et du maïs ainsi que des consommables médicaux dont le masque. Cette option traduit la volonté du gouvernement de relancer le secteur agricole mais également son souci de privilégier la santé de la population surtout en cette période que l’on peut déjà qualifier de post-pandémique. Toujours dans le domaine de la consommation, la TVA sur le gaz butane est réduite à 5% dans un objectif à la fois économique et environnemental. Cette réduction de la TVA sur le gaz entraînera à coup sûr une révision à la baisse du prix du gaz domestique. Ce qui aura pour effet de réduire l’utilisation du charbon de bois comme combustible. Par ailleurs, la loi de finances initiale 2021 fixe de nouveau à 8% le droit d’accise sur les télécommunications. Revendiquée par les opérateurs téléphoniques, cette disposition devrait entraîner une baisse des tarifs de télécommunications et d’Internet. Parmi les nouvelles dispositions figurent également la gratuité en matière de droits de succession, l’exonération de TVA pour la Banky Foiben’i Madagasikara en vue de la constitution de la réserve d’or, l’application d’un taux progressif pour l’impôt sur les revenus salariaux et assimilés (IRSA), le rehaussement des dépenses sociales de 28% à 32%.

Souci d’économie

Comme les secteurs sociaux et sécuritaires ainsi que l’éducation sont aussi les priorités du gouvernement, 9.342 postes budgétaires ont été créés dont 7.500 pour le ministère de l’Education Nationale ; 1.060 pour le ministère de la Défense Nationale et le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie. Par souci d’économie, les dépenses de biens et services vont connaître une diminution générale de 10% pour tous les ministères et institutions. Sauf pour le ministère de l’Education nationale, la Présidence, la Haute Cour Constitutionnelle, le ministère des Affaires Etrangères, le ministère de la Justice et le ministère de l’Aménagement du Territoire et des Travaux publics et le ministère de la Jeunesse et des Sports. Par ailleurs, des transferts sont prévus en vue de la gratuité des frais de scolarité et la prise en charge de 10 mois de caisse école et un tiers des charges parentales. Toujours dans ce souci de privilégier l’éducation qui reste la priorité des priorités, les charges FRAM passeront à 51 milliards ariary. Dans le cadre de la réalisation du développement des communautés locales, les subventions pour les communes vont passer à 25 millions ariary au lieu de 15 millions ariary. Notons que ces nouvelles dispositions ont été prises conformément aux directives du président de la République qui a suivi de près les étapes de la réalisation de cette loi de finances initiale 2021.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.