Douanes: 2 421,6 milliards de recettes en 2020

Le DG des douanes, Lainkana Zafivanona Ernest, lors de l’ouverture de la conférence-débat d’hier. (Lainkana)

La crise sanitaire a eu des impacts négatifs sur les importations et les recettes douanières. Mais la donne va changer dès 2021.

En baisse. Les recettes douanières 2020 n’ont pas échappé aux impacts négatifs de la crise sanitaire cette année. Sur une prévision de 3 007 milliards d’ariary, la douane n’a pu finalement collecter que 2 421 milliards d’ariary, soit en moyenne une baisse de 24%.

Au ralenti

Cette baisse a été constatée notamment sur la période d’avril à octobre, c’est-à-dire en plein confinement où le commerce extérieur était au ralenti. Comme l’a expliqué, hier, le Directeur Général des Douanes, Lainkana Zafivanona Ernest, les recettes douanières évoluent en fonction du volume des importations et des exportations. Ainsi, les importations de produits non pétroliers ont baissé de 15% et les produits pétroliers de 50%. Par ailleurs, la baisse des exportations de produits miniers a également impacté négativement les recettes douanières. Il n’empêche, en réalisant ces recettes de 2 421 milliards d’ariary, la douane qui a su fonctionner d’une manière efficace malgré les barrières sanitaires a quand même réalisé une bonne performance. Et ce grâce à la poursuite des réformes et de la digitalisation des services.

Performance

Et c’est dans cette même lancée que la douane malgache va opérer durant la période post-Covid. 2021 sera visiblement l’année de la relance avec une prévision de recettes douanières de 2869 milliards d’ariary. « Un objectif ambitieux » selon toujours le DG des Douanes. 75% de ces recettes proviendront des importations des produits non pétroliers et 25% seront tirés des importations des produits pétroliers. Et si la situation sanitaire le permet, cette tendance à la hausse se poursuivra pour les prochaines années. A savoir : 3 486,5 milliards d’ariary de recettes en 2022 et 4 217,7 milliards d’ariary en 2023. Bref, la douane malgache poursuit ses réformes, non seulement pour une performance en matière de recettes mais également et surtout de donner à la douane le rôle économique qui lui incombe. C’est dans cette perspective, d’ailleurs, qu’a été organisée la conférence-débat qui s’est déroulée, hier, au Centell Antanimena. Trois thèmes ont été débattus durant cette rencontre : La corruption et la redevabilité, la douane et le développement économique, et enfin la place de la femme au sein de la douane.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.