TADAT : Un outil pour une meilleure performance de l’administration fiscale

La DGI poursuit les innovations

Le Tax Administration Diagnostic Assessment Tool (TADAT) est un outil conçu pour permettre à la Direction Générale des Impôts (DGI) de s’auto-évaluer, et de mesurer ses performances régulièrement

Performance. L’administration fiscale poursuit les actions pour améliorer les recettes publiques. Et ce, à travers le renforcement des capacités de son équipe dirigeante. La deuxième vague de formation certifiante des responsables de la DGI sur l’outil « Tax Administration Diagnostic Assessment Tool » ou « TADAT », a débuté hier.

PAPSP                                  

Soutenue par le FMI et la Banque Mondiale à travers le Projet d’Appui à la Performance du Secteur Public (PAPSP), la formation concerne le directeur général, les directeurs centraux et les 14 directeurs régionaux des Impôts. Cette session de formation permettra notamment d’analyser et d’approfondir différents domaines liés à la gestion des recettes fiscales. On peut citer, entre autres l’intégrité du registre des contribuables, la gestion efficace du risque, la promotion du civisme fiscal, les présentations des déclarations fiscales dans les délais. Les participants auront également droit à des séances sur le paiement des impôts dans les délais l’exactitude des informations déclarées, la pertinence des mécanismes de règlement des contentieux, la gestion efficiente et efficace des recettes, la redevabilité et la transparence. L’outil TADAT a été conçu afin de permettre à la DGI de s’auto-évaluer, de mesurer ses performances régulièrement, et par là même de détecter à temps les points faibles, puis de prendre les mesures y afférentes, conformément aux bonnes pratiques internationales. Ainsi, la maîtrise de cet outil par les décideurs et les différents responsables au sein de la DGI facilitera-t-elle l’adoption d’un point de vue commun sur l’état du système d’administration fiscale, l’harmonisation de la gestion, ainsi que la coordination de l’appui extérieur aux réformes pour une mise en œuvre plus rapide et plus efficace des réformes envisagées, suivant la vision d’une administration fiscale innovante, transparente et pilier de l’émergence.

30 experts

On rappelle qu’une première session a été réalisée en septembre 2019, en collaboration avec l’African Tax Administration Forum (ATAF). Cette première vague a sorti 30 experts TADAT répartis dans diverses structures centrales et opérationnelles de la DGI. Ces experts suivent actuellement, en parallèle, un coaching en vue de l’autoévaluation de l’administration. « Madagascar a fait l’objet d’une évaluation pilote TADAT effectuée par des experts internationaux en 2015. Vers le deuxième semestre de cette année, une seconde évaluation externe pays aura lieu afin d’informer sur nos progrès réalisés depuis. Cette session de formation sera l’occasion de voir où en est l’administration fiscale malagasy à travers le « bilan de santé » fait suite aux diagnostics effectués. À l’issue des 12 jours, on attend la production du rapport d’évaluation interne accompagné d’un plan de redressement de la DGI. Nous allons pouvoir apprécier, à travers cet outil TADAT, si la DGI tient le bon cap pour améliorer ses performances, et identifier ainsi les correctifs à apporter », a déclaré Germain, directeur général des Impôts, durant son discours. La première séance a été co-animée par les experts de la Banque mondiale, Thabo Letjama, General Manager au sein de la Lesotho Revenue Authority et le Dr. Munawer Sultan Khwaja, ancien directeur de la politique fiscale au ministère des Finances en Inde, puis directeur de l’Autorité fiscale centrale de la mission des Nations Unies au Kosovo et chercheur à l’Institut Harvard pour le développement international. La cession de formation prendra fin le 4 février 2021.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.