ADEMA : Des dizaines de milliards d’ariary de créances à recouvrer

(De gauche à droite), Le nouveau DG de l’ADEMA, Jean Germain Andrianiaina et son prédécesseur, Herison Andriamihafy, lors de la passation de services.

À l’instar de toutes les entreprises opérant dans différents secteurs, la société Aéroports de Madagascar  (ADEMA) rencontre également des difficultés financières, en raison des impacts de la crise sanitaire liée à la covid-19 depuis l’an dernier.  « Une chute de l’ordre de 90% du volume de trafics aériens, a été enregistrée du fait de la fermeture de nos frontières. Ce qui a entraîné une baisse considérable de nos recettes, qui se poursuivra cette année. Mais pour pouvoir redresser cette entreprise d’Etat, recouvrer les créances de la société envers les collaborateurs qui s’élèvent à des dizaines de milliards d’ariary, constitue notre priorité », a déclaré le nouveau Directeur général de l’ADEMA, Jean Germain Andrianiaina, lors la passation de services avec son prédécesseur hier à Ivato.  « D’aucuns reconnaissent qu’on est tous victime de la crise sanitaire. Mais des négociations seront menées afin que ces collaborateurs puissent établir un calendrier de paiement de leurs dettes. Parmi lesquels, on peut citer, entre autres, les entreprises qui tiennent boutiques et des restaurants dans les aéroports, dans le cadre d’une convention commerciale signée avec l’ADEMA », a-t-il poursuivi.

Compression des dépenses. En outre, le nouveau Directeur général de l’ADEMA lance un appel à l’Etat pour intervenir auprès de Ravinala Airports concernant le non paiement des redevances pour concession se chiffrant à 3 millions d’euros par an, depuis l’an dernier, suite au transfert de gestion des aéroports d’Ivato et de Nosy-Be. « Ces redevances permettront de mieux exploiter nos dix aéroports internationaux et principaux. Les créances envers l’Etat depuis 2015  ne sont pas en reste. Il s’agit d’une contrepartie des investissements non amortis au niveau de ces deux aéroports qui sont maintenant gérés par le consortium Ravinala Airports », a-t-il enchaîné. Il est à noter que l’ADEMA gère actuellement 58 aéroports et aérodromes secondaires.  « Nous allons veiller à la compression de nos dépenses de fonctionnement tout en protégeant les avantages du personnel et en assurant la circulation aérienne publique, dans le cadre du nouveau plan quinquennal présenté. À titre d’illustration, l’aéroport de Mananjary n’enregistre aucun vol mais des charges fixes sont encore allouées pour son fonctionnement », d’après toujours les explications de Jean Germain Andrianiaina.

Trois hubs régionaux. Par ailleurs, il a soulevé qu’un appel d’offre international sera lancé cette année afin de trouver des partenaires techniques et financiers pouvant assurer la gestion d’exploitation des autres aéroports sous la gestion de l’ADEMA. « Ce qui permettra d’améliorer et de moderniser selon les normes internationales nos infrastructures aéroportuaires tout en promouvant leur extension.  À part cela, nous allons mettre sur pied trois hubs régionaux, au niveau des aéroports d’Antsiranana, de Toliara et de Toamasina afin d’accueillir directement des vols longs courriers, en provenance de l’Europe ou de l’Asie, entre autres. Cela constitue un des moyens contribuant à l’atteinte de l’objectif de 500 000 touristes fixé par l’Etat d’ici à 2023 », a conclu le directeur général de cette société d’Etat.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Je ne crois plus au pere Noel ,mais ce nouveau DG fera plus que le messie ,aza mapiesona rangahy fa mahatsiravina na mijery ny tavanao ary ?????

  2. L’ETAT EST A DES ANNEES LUMIERES DE LA REALITE C’EST PAS LES PREUVES QUI MANQUENT MAIS NE NOUS INQUIETONS PAS NOTRE FILOU HAJAINA VOAFIDY MAMIM-BAHOAKA NOUS SORTIRA DE TOUT CA  » JOANNA  »
    L’A PREDIT NON ? ON NOUS PREND VRAIMENT POUR DES IMBECILES HEIN ? QUAND ON MANQUE DE  » SOLAITRA  » VOILA OU ON NOUS MENE…..BON COURAGE A TOUS

  3. Bourjour,
    L’objection de 500 000 touristes pour 2023 est irréalisable, d’ailleurs jamais ce chiffre sera atteint dans les 10 prochaines années. Si en 2021 vous atteignez 40000 touristes cela sera un exploit. Vous pouvez remercier les sinoa pour cette pandémie qui fera plus de dégâts en terme d’emplois que décès en 2021 et 2022 et 2023. Des grandes compagnies aériennes ne s’en remettrons jamais avec des dizaines de milliers d’employé(e)s licenciés tous comme dans le secteur de l’automobile.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.