Basse Mahavavy : Lancement des travaux de remise à l’état du réseau hydroagricole  

Le PM Ntsay Christian lors du lancement des travaux de remise en l’état de la Basse Mahavavy.

Important. Le réseau hydroagricole de la Basse Mahavavy est d’une utilité particulière pour le développement de la région Diana que le Premier ministre Christian Ntsay en personne a fait le déplacement à Ambilobe pour lancer les travaux de sa remise en état.

Cette remise en état entre dans le cadre du programme d’Appui au Financement de l’Agriculture et aux Filières Inclusives (Afafi-Nord) financé par l’Union européenne à hauteur de 3,4 milliards d’ariary, dans le cadre du 11ème FED.

Conditions propices

Prévus se terminer vers la fin de cette année, les travaux de réhabilitation contribueront à résoudre les problèmes techniques majeurs du réseau principal et à l’amélioration de la disponibilité, de la gestion et du partage de l’eau. Il s’agira, en somme, de résoudre les causes profondes des difficultés rencontrées dans la zone et à créer des conditions locales propices aux perspectives économiques et aux exploitations agricoles familiales. Dans la région Diana, le programme Afafi se déploie exclusivement dans le district d’Ambilobe. Il comprend plusieurs composantes (agroforesterie, chaînes de valeur, etc.) dont l’une porte sur une contribution substantielle à la remise en état du réseau hydroagricole de la Basse Mahavavy. Avec une superficie exploitable de 18 000 hectares, c’est le plus grand périmètre irrigué du pays. Il joue un rôle économique important à l’échelle locale, régionale et nationale.

En tout cas, les travaux auront un impact positif sur la gestion de l’eau et des sols, notamment pour les exploitants agricoles.

Forte délégation

Le programme prévoit d’appuyer 5 970 paysans usagers de l’eau, et 4 000 planteurs de canne qui sont les bénéficiaires directs de ces travaux. La remise en état du réseau hydro agricole contribuera à l’amélioration de la productivité des cultures de canne à sucre. Elle permettra également d’augmenter la capacité du réseau d’irrigation avec un débit qui passera de 11 m³/s à au moins 13 m³/s; de maintenir en état de fonctionnement de la surface irriguée de 8 600 hectares, dont : 6 000 ha pour la riziculture, 2 000 ha pour la Canne à sucre et 600 ha pour d’autres cultures; mais aussi d’étendre les surfaces cultivables d’au moins 500 ha supplémentaires sur les parties en aval ; d’atténuer les conflits d’usage de l’eau entre les usagers… Outre le Premier ministre, la forte délégation gouvernementale qui a participé à la cérémonie de lancement des travaux était également composée du ministre de l’Economie et des Ffinances Richard Randriamandrato qui est l’Ordonnateur national du Fonds Européen de Développement à Madagascar, ainsi que du ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Lucien Ranarivelo, et du ministre de l’Environnement et du développent durable, Baomiavotse Vahinala Raharinirina. L’Union Européenne était représentée par son ambassadeur Giovanni.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.