Douanes : Une Brigade Canine contre les trafics aux frontières

Démonstration de détection de devises

Après la Gendarmerie Nationale, la douane malgache devient le service public disposant d’une Brigade Canine.

Les trafiquants sont avertis. La douane multiplie les efforts pour lutter plus efficacement contre les trafics aux frontières. Et ce, en utilisant les grands moyens à travers la mise en place de la Brigade Canine.

Eléments aguerris. Ils s’appellent Kira, Baky, Irka, Nora, Lisa, Barry. Les six chiens détecteurs que vient d’avoir la Direction Générale des Douanes, sont les nouveaux éléments aguerris qui vont contribuer à la lutte contre les trafics aussi bien dans les aéroports que dans les ports. Formés en même temps que les quatorze premiers maîtres-chiens de la Douane, ces Bergers allemands et Bergers malinois sont capables de détecter très efficacement des drogues et des devises, même les plus dissimulés. La démonstration réalisée hier, au cours de la mise en place officielle de la Brigade Canine à Nanisana, a prouvé la maîtrise dont ces chiens et leurs maîtres  font preuve dans ce tout nouveau domaine de la douane. On rappelle, en effet qu’avant l’arrivée de celle de la douane,  il n’y a que la Gendarmerie Nationale qui dispose d’une Brigade Canine.

Partenaires. « L’entrée  en lice de cette Brigade Canine démontre, une fois de plus, que la douane travaille pour la détection des substances illicites aux frontières »,  a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, qui a tenu à marquer de sa présence, cette cérémonie. « C’est l’une des preuves que le gouvernement  travaille pour protéger le pays et la population, mais aussi pour améliorer les contrôles aux frontières », a-t-il ajouté. « Ces chiens détecteurs seront déployés dans les ports et aéroports internationaux et leur mise en place sera progressivement élargie »,  a précisé pour sa part, le Directeur Général des Douanes, Lainka Zafivanona Ernest. La mise en place de cette Brigade Canine manifeste par ailleurs l’excellence des relations de Madagascar avec les partenaires internationaux. Ce projet est en effet réalisé avec l’appui du gouvernement japonais à travers le programme de « Réponse aux Activités Criminelles Émergentes et Autres Menaces Maritimes à Madagascar » (REAct Madagascar),  financé  à hauteur de 96.000 dollars, environ 365 millions d’ariary,  et mis en œuvre par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM).  L’Ambassadeur du Japon Higushi Yoshihiro a honoré de sa présence, la cérémonie d’hier.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. J’ai entendu même que ces bergers sont capables d’identifier des faux CVO+++

  2. Même pour l’or, le bois de rose, les grenouilles, les tortues ??

  3. Pour les amateurs d’espèces canines, l’initiative prise est à saluer.
    Propriétaires et maîtres-chien pourront améliorer leurs formations respectives au vu des performances des chercheurs en démonstration.
    MADAGASCAR ne pourra être une plaque tournante.

Poster un commentaire